POEM : Unique

D’habitude, quand je vous parle d’un groupe grec, il fait dans le dark metal symphonique. Et bien, ce soir, on va un peu s’écarter de l’ombre du grand Spiros Antoniou pour prouver que d’autres tout aussi inspirés peuvent s’illustrer. Poem s’est formé en 2006 et signe ici un troisième album renversant. Quand « False morality » débute, on ne sait pas quoi en penser ; heavy metal ? Prog ? Le chant évoque d’abord le neo metal, le grunge, le heavy… Mais le titre est nuancé, technique, original, et en même temps très abordable. On en ressort séduits. « My own disorder » confirme l’ensemble des éléments, en se montrant encore plus entreprenant, avec son refrain qui flirte avec du System Of A Down : du grand art. Dans le genre, le refrain de « Four cornered god » s’avère assez mémorable aussi. En fait, chacun des sept titres de « Unique » a une personnalité et des qualités qui le font sortir du lot. Ici des résurgences metalcore (« Euthanasia »), là plus de finesse (« Unique »)… Alors oui, le nom du groupe et celui de l’album peuvent paraître un brin prétentieux ou pompeux, mais sur ce coup-là on ne pourra que les taxer de réalistes. Si on cherche des défauts, on pourra reprocher à Poem un certain systématisme de l’alternance calme / énervé, et une technicité hélas principalement exploitée au travers des structures et de la guitare (même s’il est vrai que dans ce genre de disques, une basse démonstrative est devenue un poncif… mais voilà, j’adore ça moi !). A vrai dire, les reproches ne pèsent pas lourd dans la balance quand l’heure est venue de juger ce « Unique », qui surprend autant qu’il impressionne votre serviteur, d’autant plus que je n’ai pas vu arriver le groupe. Belle performance !

Site officiel

Paroles de l’album

Poem : False morality

Related Posts

  • 10000
    Derrière Anagnorisis, on trouve des musiciens chevronnés qui ont pris au black metal la puissance de la haine, dans le post rock celle du désespoir, et un peu partout ailleurs le goût des atmosphères. Et parmi les anciens membres du groupe, on trouve Austin Lunn, depuis aux commandes de Panopticon,…
  • 10000
    Oui, je sais, « Dormant heart » n'est plus vraiment une nouveauté. Mais faute de temps pour le découvrir avant, je fais mon boulet. Et puis cette impression de bouder le metal ces derniers temps (impression, je sais) me taraude et me chagrine. Alors pas question de passer à côté d'un disque…
  • 10000
    Lunatic Soul est le projet solo de Mariusz Duda, ci-devant chanteur et de Riverside. Et pour ceux qui, comme moi, ne connaîtraient pas Riverside, sachez qu'il s'agit d'un combo polonais de metal progressif. On a donc toutes les chances de se trouver ici en présence de musique peu encline aux…
  • 10000
    Ceux qui me pratiquent depuis un moment savent mon goût mon le bizarre et le hors-norme. Alors quand j'ai entendu parler de Leprous, groupe de rock / metal progressif avant-gardiste, que Ihsahn a pris sous son aile sombre, et dont, d'ailleurs, certains membres font partie du backing band, il a…
  • 10000
    Voilà quelques années qu’on l’attendait, celui-là ! Certes, il y avait eu « Steal this Album » il y a trois ans, mais on nous avait bien prévenu qu’il ne devait en aucun cas être considéré comme un nouvel album, mais bien comme une collection de titres rares ou inédits, chutes de studio pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *