PICKWICK : Lovejoys

Ils sont cinq, nous viennent de Seattle et ne jouent pas du tout du grunge. Formé selon une config folk rock, le groupe a évolué vers le garage rock et l’indie rock… Pour s’en détourner ostensiblement ici. Car « Lovejoys » est une déclaration d’amour au groove et au funk. Oh, on retrouve bien des traces d’indie rock ici, entre deux gimmick funk, r&b ou soul, et à vrai dire c’est bien ce qui amène tout le sel de la chose ; à cheval entre plusieurs mondes, mais toujours avec un sens du rythme et de la mélodie bluffants, ce disque ne peut pas laisser indifférent. Le fossé entre le très garage soul « Can’t talk medecine » et « Lovejoys » est donc grand mais le pont entre les deux n’est pas brisé, et ceci permettra peut-être aux fans de la première heure de Pickwick d’y voir une évolution louable. Ce qui est sûr en revanche, c’est que « Lovejoys » est un pur moment de bonne humeur et de détente, traversé de tubes immédiats ; « Turncoat », « Ascension », « Light it up » sont les trois que je retiendrais, mais la plupart des 10 chansons de ce disque sont attachantes et réussies, même si je trouve que le disque finit par s’essouffler sur les deux titres le clôturant. Bref, un rafraîchissant bonbon groove pop !

Site officiel

PickWick : Turncoat

Related Posts

  • 10000
    Voilà quelques temps que ce troisième opus du groupe américain est annoncé, et j’avoue que, poussé par un souvenir peut-être surfait de ma précédente rencontre avec les Ephemerals, je l’attendais avec impatience. Et si vous vous demandez pourquoi, écoutez donc « The beggining », premier vrai titre de ce disque  ; on…
  • 10000
    Il faut que je vous dise. Je ne suis pas très funky, comme garçon. J'ai grandi pendant la grande époque du genre, et ça me saoulait déjà à l'époque. Mais voilà. En vieillissant, il semblerait que, quand je n'écoute pas de post black malsain, je m'adoucisse. J'ai des preuves, et…
  • 10000
    Je ne peux pas bouder un nouvel album de Lee Fields, d'autant plus quand on me promet qu'il s'agira d'une soirée particulière. Bon, pour être tout à fait honnête, il semblerait que le soulman ne s'adresse pas vraiment à moi, mais plutôt à la femme de sa vie. Peut-être même…
  • 10000
    Deuxième album pour cet artiste signé chez Brainfeeder (label de Flying Lotus) et qui porte bien haut les couleurs de l'originalité et du métissage sonore. Soyez prévenus : ici vous entrez en territoire inconnu, vous arpenterez des terres vierges de toute normalité sonore. Oh, vous saurez ici et là y déceler…
  • 10000
    Je suis passé à des lieues du premier album de Melt Yourself Down en 2013, mais j'avais quand même entendu ça et là du bien du combo. Assez en tout cas pour m'intéresser de plus près ce soir au deuxième méfait du groupe afro-jazz punk. Et j'en suis à présent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *