PHARMAKON : Contact

Et de trois pour la foldingue Pharmakon, qui explore toujours plus avant les tréfonds de l’âme (in)humaine et repousse les frontières de l’acceptable lorsqu’on parle de musique. Prenons « Nakedness of need », par exemple, titre introductif de cette courte nouvelle offrande. On y trouve du « chant », des motifs se répétant (on n’osera pas parler de mélodie), et ce qui peut s’apparenter à un début, et une fin. Est-ce une chanson pour autant ? Ce « contact », qui explore le pouvoir de la transe, celui de l’esprit à transcender le corps, est donc encore, comme on pouvait s’y attendre, une énigme, un manifeste expérimental et noisy de plus, un cadeau empoisonné pour musicologue, psy ou étudiant en histoire de l’art. On ne s’interdira pas de penser à un Skinny Puppy extrémiste par-ci par-là (« Sleepwalking form » et « No natural order » auraient pu être pondu par les canadiens), mais pas de doute, Pharmakon a une personnalité qu’on ne lui enviera pas : y’a pas que des licornes qui doivent traverser ses rêves, à celle-ci !

Site officiel

Pharmakon : Somatic

Related Posts

  • 10000
    Je ne connaisais pas Pharmakon avant ce "Bestial burden". Ce qui est bien dommage tant l'art cauchemardesque de Margaret Chardiet (que j'ai vraiment du mal à qualifier de musique) me parle et me fascine. Ce disque est l'ultime représentation de l'enfer : composé de percussions sourdes, de boucles bruitistes répétitives,…
  • 10000
    Clay Ruby est certainement un garçon bien gentil dans la vraie vie. Mais par contre, quand il officie sous le nom de Burial Hex, c'est un peu un gros déglingo. « Throne », c'est le nouvel album du projet du bonhomme. Au programme, des bruitages industriels, des bidouillages dark ambient, quelques plages…
  • 10000
    En voilà un qu'on ne pourra pas accuser de nous tromper sur la marchandise. Ceux qui ont déjà croisé la musique du hollandais tapi derrière ce patronyme peu ragoûtant se souviennent certainement du côté profondément malsain et horrifique qui en découle. Prenant ses racines dans le black metal et le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *