PENGUIN CAFE : Handfuls of night

D’abord, il y a eu le père, Simon, fondateur et maître à penser du Penguin Cafe Orchestra, un collectif à géométrie variable, guidé par une liberté totale de s’exprimer musicalement, curieux de tout. Le fils, Arthur, a voulu rendre hommage à ce père certainement inspirant en appelant sa propre créature Penguin Cafe. Et musicalement, celle-ci partage forcément les mêmes racines : la musique neo-classique, la folk, la musique du monde, un tout petit peu de jazz. Alors oui, il est permis de s’y perdre un peu. On pourrait aussi trouver à ce « Handfuls of night » une esthétique assez trip-hop, mais plutôt de celui luxuriant et amble de Hidden Orchestra. C’est ma première rencontre avec Penguin Cafe, et ce que j’ai lu du précédent album ne me donne pas forcément envie de le découvrir, alors je pense que je resterai sur cette première très bonne impression. Voici un disque éminemment cinématographique, d’une beauté poétique et d’une finesse certaine. Ah, mais j’en entends certains lui reprocher un côté assez convenu, une joliesse qui pourrait le cantonner à l’illustration sonore de reportages, ou justement, aux bandes originales de films (papa en a d’ailleurs pas mal fait). Et ils n’auront pas forcément tort. Mais moi ça ne me dérange pas, et ça ne m’empêche pas d’en apprécier chaque titre, indépendamment ou à la suite. Le fait qu’Arthur ait écrit ces titres à la suite d’un voyage en Antarctique, sur les manchots (même si on s’en fout un peu) donne une idée de l’ambiance générale du disque ; pureté, éclat, ampleur, solitude. Et si le disque s’essouffle un peu sur la longueur, ça reste un bel objet !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Hugar est un duo islandais, et sa musique est le type même de chose qu'on peut s'attendre à entendre d'un duo islandais ; un subtil mélange entre post rock (remember Sigur Ros?), trip hop, néo classique et ambiant. De longs, magnifiques et délicatement tristes titres qui vous emmènent tutoyer cimes enneigées…
  • 10000
    Se présentant comme une formation piano / expérimental, Grandbrothers s’inscrit dans un mouvement de regain d’intérêt pour le genre, mariant électronique et acoustique au sein d’un genre axé sur le feeling et la modernité. Le duo présente des caractéristiques assez particulières et originales en concert… que je laisserait les curieux…
  • 10000
    Ben Lukas Boysen, c'est un nom qui me disait quelque chose. Ah mais bien sûr ! C'est le berlinois derrière Hecq, dont j'ai évoqué le «Mare Nostrum » dans ces pages il y a quelques temps. « Spells » est son deuxième album en son nom, et n'a absolument rien à voir avec le…
  • 10000
    Ca fait un petit moment qu'on a pas eu l'occasion d'entendre un vrai nouvel album de l'écossais surdoué Craig Armstrong. Surdoué ? Oui, car seize ans arès sa sortie, "The space between us" reste toujours un monument de trip hop cinématographique et mélancolique. Et si "As if to nothing" suivait…
  • 10000
    Monsieur et madame Milner (ou le contraire, d'ailleurs) font de la musique ensemble depuis quelques temps. Mais ils ne chantent pas des chansons d'amour folkisantes les yeux dans les yeux, non. Déjà parce qu'ils sont frère et soeur. Et puis ce n'est pas leur genre. Eux pratiquent un trip-hop /…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *