PALEHOUND : Black friday

Très franchement, je pensais voir Palehound revenir plus tôt, en 2018 même, avec un troisième album en forme de consécration de son écriture indie pop rock sous le bras. Il faut dire que « A place I’ll always go » affichait une petite demi-heure au compteur. Mais non, Ellen Kempner a tout de même attendu deux ans avant de se décider à ressortir quelque chose. Et en plus, « Black friday » montre une évolution certaine vers des cieux moins ombrageux. Et ça n’est pas forcément une bonne nouvelle. Parce que la légèreté et l’ensoleillement n’est pas, selon moi du moins, ce qui sied le mieux au teint de Palehound. Enfin, en tout cas ce n’est pas ce que je préfère chez eux, et ce même si les titres sont sympathiques. Par contre, quand le groupe nous sert une sombre « Killer », je suis conquis. Mais c’est bien la chanson la plus venteuse du disque. Alors bon, je m’astreins à réécouter le reste, même si ça m’a moins convaincu. Et la deuxième écoute fait son effet. Finalement, il est pas si mal cet album. Plus aéré, plus clair, plus évident, plus mélodique, plus pop, mais pas forcément moins intéressant. Et la voix d’Ellen conserve cette douceur qui tire vers la nostalgie. Du coup, « The city », « Stick n’ poke », « Sneakers »ou « Aaron » prennent une toute autre saveur, et les autres suivent naturellement. En 2017, j’étais résigné à ce que Palehound ne soit l’auteur que d’un coup d’éclat isolé. Il semble bien que je me trompais.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 81
    Palehound est un trio de Boston mené par Ellen Kempner, qui l’envisageait à ses débuts comme un projet solo. Ce deuxième album sous la configuration actuelle prouve au moins qu’elle y a trouvé à la fois un équilibre et une atèle pour sa créativité. Palehound n’est pas un nom très…
    Tags: a, n, palehound, l, album, ellen, bien, d, plus, indie
  • 73
    Deuxième album pour les New-Yorkais de Drowners. Au programme, un rock indé aux légères incursions post punk (quelque chose dans les guitares) et aux mélodies efficaces. Que les titres soient fortement teintés eighties ou plus actuels, ils ont tous ce quelque chose qui les rend sympathiques. « On desire » n'est ni…
    Tags: rock, plus, indie, album, bien, pop, indépendante
  • 71
    Oui, l’artwork de ce premier album d’Anna Lena Bruland alias Eera abonde de choix esthétiques discutables. En soi, ça n'est pas très engageant. Mais si vous décidez à passer outre, vous ouvrez la porte à un univers d'une richesse assez incroyable. "Living" a beau débuter comme une ritournelle pop lo-fi…
    Tags: album, plus, pop, indie, l, coup, bien, a, d, indépendante
  • 71
    Oui, cette chronique n’est pas une surprise. J’étais tombé en amour avec le premier ep de ce belgo-égyptien, alors je ne pouvais décemment passer à côté de son premier album. Et ce même si j’avais peur que la sorcellerie présente dans l’oeuvre de jeunesse ne s’estompe progressivement avec la confrontation…
    Tags: l, plus, album, n, bien, pop, d, a, indie, indépendante
  • 70
    Peu connu par chez nous, et probablement autant en Allemagne, son pays natal, Maximilian Hecker pratique une pop folk douce et assez mélancolique, souvent qualifiée de romantique, parfois de soporifique. La vérité, comme souvent, se situe quelque part entre les deux. Capable de déployer des montagnes de subtilité, d'élever des…
    Tags: plus, pop, rock, indépendante, indie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *