PAINTED DOLL : Painted doll

PAINTED DOLL : Painted doll

Depuis des millénaires, on cherche à rassembler les peuples, à amener la paix sur terre, à faire coïncider les visions tronquées de chaque peuple, chaque religion pour qu’enfin on arrête de se mettre sur la gueule pour des conneries sans importance (je vous la fais courte). Depuis tout ce temps, on a compris que la science, le cassoulet ou la télé-réalité, ça ne marche pas. Et même le sexe tiens ; y’en aura toujours un pour préférer le faire avec une chèvre, ou tout seul, ou dans le noir, ou enduit de saindoux. Enfin, bref, tout ça pour dire que c’est la musique qui peut seule panser les blessures et apaiser les tensions. Et que ce soit celle du 43e régiment d’infanterie de Lille, de Herbie Hancock ou de Behemoth, peu importe, tant que ça porte ses fruits ! Enfin, bon, pourquoi cette longue, trop longue intro ? Et ben, tout ça pour vous dire que les deux protagonistes de Painted Doll, venus d’horizons totalement différents (death metal versus powerpop) se sont rencontrés à… un concert de Goblin (oui, le groupe de prog rock horrifique italien). Et paf, les deux se mettent à partager leur passion pour d’obscurs groupuscules européens. Et bim, ils décident de monter un groupe pour pousser le vice. Et blam, me voilà à vous décrire ce « Painted Doll », union de Dave Hill (non, pas celui de Slade, le musicien-comédien-écrivain ricain boulimique) et Chris Reifert (Death, Autopsy, Abscess…) comme un disque pop / rock d’inspiration seventies aux dix titres impeccablement écrits et produits. Un premier disque qui donne forcément bien dans le psychédélisme et le hard rock soft ; « Together alone » sonne comme un bon Blue Oyster Cult, mais on croise aussi ici des choses plus proches du rock sudiste, de la pop sixties, de la powerpop, et des titres plus punk pop… Un éventail certes pas très large, mais assez pour amener un poil de diversité. Bon, ceci dit, ce premier opus reste très, trop classique certainement pour espérer mieux qu’un 7, que je lui accorde avec plaisir. Mais Painted Doll devra faire mieux pour qu’on voie en lui autre chose qu’un élève doué appliqué !

Site officiel

Painted Doll : Together alone

Related Posts

  • 10000
    Sixième album pour les quatre de Stockholm ! Mais qui sont-ils me direz-vous ? Et bien je n'en sais pas plus que vous ! Bref. Ces jeunes gens expérimentés œuvrent dans un rock teinté de stoner et d'influences seventies. Le groupe a accueilli en ses rangs le batteur des Hellacopters,…
  • 10000
    Derrière ce combo aux couleurs très heavy rock seventies se cache un sérieux client en matière de metal tout d'abord, puis de rock tout court, j'ai nommé Nicke Andersson, ex batteur d'Entombed et membre des Hellacopters. « All through the night », cinquième album du groupe, n'a vraiment plus grand chose à…
  • 10000
    Des dégaines de branleurs à la mode (d’il y a 40 berges), une réputation de marginaux et de garçons à problèmes, et une musique à la fois irrespectueuse et changeante héritée des différentes mouvances des seventies ; si c’est pas de la graine de challenger au titre de groupe hype, je…
  • 10000
    Larkin Poe, c'est le groupe des frangines Rebecca et Megan Lovell. Les sœurs ont décidé en 2010 de poursuivre en duo la route musicale arpentée depuis quelques années par une forme plus étendue de leur formation (en fait, avec juste une frangine de plus) pratiquant un folk bluegrass très ricain.…
  • 10000
    Je ne connaissais pas ce groupe britannique auparavant. Et pourtant, il n'a pas été particulièrement discret depuis sa création en 2009, puisque « The night creeper » est son quatrième album. Difficile à dire en l'écoutant. Non, pas qu'il s'agit du quatrième, mais qu'il s'agit d'un groupe si jeune ! Uncle Acid est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *