OKKULTIST : Reinventing evil

Okkultist fait partie de l’écurie Alma Mater, nouveau label chaperonné par Fernando Ribeiro, ci-devant leader de Moonspell. Quand on connaît le goût du bonhomme pour le metal extrême, et la profusion de groupes là-bas, on a pas beaucoup de doutes sur la qualité de ce qu’on va trouver ici. La surprise, en revanche (bien que cela se généralise), c’est de trouver derrière le micro non pas un mais une vocaliste. Et quelle vocaliste ! Physiquement d’abord. Oh, je vous vois venir, me taxer de vicelard, de sexiste ou je ne sais quoi. Calmez-vous. En fait, ce que je veux vous dire, c’est que Beatriz Mariano fait vraiment peur, mais genre vraiment. Bon, je ne sais pas ce que ça lui coûte en maquillage (« un pognon de dingue » me souffle le petit Manu), mais son look est vraiment à l’avenant du genre développé par Okkultist, à savoir un death metal thrashisant bien brutal et evil. Sa voix est également largement au niveau, rappelant celle d’un Bill Steer de Carcass. Musicalement, le gang donne dans le death old school à la Morbid Angel, une couche de sonorités occultes plus proches du black en plus, sans que le tout sonne grandiloquent ou pompeux. Sec, cru, rapide et énergique, le death metal de « Reinventing evil » ne contredit qu’à moitié son titre un poil présomptueux, et c’est déjà pas mal du tout pour un premier opus dans un genre plus que surpeuplé. L’ensemble de l’album s’apprécie, celui-ci ne souffrant pas de temps mort, présentant des musiciens carrés et capables, des compositeurs appliqués. Si on jette une oreille sur leur précédent ep, on appréciera également le bond qualitatif effectué. Bref, c’est très positif !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album pour ces originaires de Turku, en Finlande. On le sait, ce pays est assez porteur de désespoir metallique et de déviances stylistiques divers. Morbid Evils, déjà auteur d’un premier album pas franchement mémorable, souffrant surtout d’un son calamiteux et d’un positionnement plus « classique » (tout est relatif, les bases…
  • 10000
    Conjuguer death metal et dissonance ? En voilà une bonne idée. Bon, bien entendu, ça n’est pas nouveau, de très grands noms comme de plus discrètes ont déjà exploré ces terres. Mais à l’écoute de ce premier vrai album, il faut bien le dire, Nightmarer est assez doué pour ça. Peu…
  • 10000
    Nombreux sont les groupes à se réclamer du style death technique, rares sont ceux qui parviennent à tirer leur épingle du jeu et se hisser parmi les meilleures formations de la scène. Mais si je vous présente aujourd'hui « Paroxysm », le premier essai des québecois de Deviant Process, c'est qu'il pourrait…
  • 10000
    Le duo mythique de Morbid Angel, Trey Azagthoth et David Vincent, kiffe grave la gabber et le hardcore techno. Et hélas, trois fois hélas, les gars ne sont pas décidés à assouvir leur nouvelle passion comme un plaisir honteux, qu'on pratique en cachette. Une fois l'intro (un peu cheap d'ailleurs)…
  • 10000
    En 2010, « No god, no satan » se jouait de l'imagerie du black metal tout en détournant ses codes purement musicaux, et emportait par la même pas mal de suffrages, dont le mien. Je m'attendais donc bêtement à les retrouver sur le même chemin, la sagesse (pffff) en plus, puisque le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *