NOVA TWINS : Who are the girls ?

Il y a en Angleterre une culture de la rencontre explosive. Skunk Anansie, The Prodigy, Modestep et j’en passe ont déjà exploité le filon. C’est au tour de duo féminin Nova Twins. Entre rock musclé, punk, hip-hop et electro, « Who are the girls ? » se charge de faire voler les idées reçues et repeindre les murs trop proprets avec des couleurs criardes et une logique chaotique. On s’en doute, les twins n’en sont pas, mais ces amies d’enfance, complices à la scène comme à la ville, sont en parfaite symbiose pour foutre le bordel. D’ailleurs, Tom Morello ne s’y est pas trompé en leur apportant un soutien qui leur a permis une jolie percée. Alors bien sûr, ce petit phénomène a ses limites. C’est clair, cet assez court premier album (30 minutes) est efficace. Mais il se montre également un peu répétitif. A force de rentrer dans le lard sur chaque titre, et avec à peu de choses près les mêmes ingrédients (une basse bien saturée, des rythmiques electro, des textes rebelles susurrés ou harangués, et un rendu « in your face »), on finit par confondre les titres, et l’expression y perd en force de frappe ; l’auditeur finit par être blasé. Alors décevant ce premier opus ? Je n’irais pas jusque-là. Mais je n’irais pas non plus jusqu’à parler de nouveau phénomène electro rock ; même si Nova Twins reprend à sa sauce certains éléments plus urbains (r&b et grime), Amy Love et Georgia South s’inscrivent dans une tradition, avec ses codes et ses tics, et le font plutôt très bien, puisqu’on ne s’ennuie pas ici. Mais ça s’arrête là pour l’instant.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Si j'avais autre chose à me mettre sous la dent, donnerais-je une nouvelle chance à Skunk anansie ? Pas sûr. Après tout, si, comme beaucoup à l'époque, j'avais craqué sur « Paranoid and sunburnt », disque rebelle qui crachait à la gueule de l'establishment musical britannique, de la bienséance et des préjugés en…
  • 10000
    En matière de mix electro rock, la perfide Albion semble décidément prendre un malin plaisir à nous tenir en respect. S'il était encore besoin de le prouver, l'Angleterre nous envoie aujourd'hui « London road », deuxième opus de son rejeton Modestep, ayant fait sien déjà sur son premier album un mélange de…
  • 10000
    J’ai souvent été déçu par les retours de The Prodigy ces dernières années. Pour schématiser, après « The fat of the land » et sa cohorte de réussites éclatantes. Autant dire que ça fait un bail que les anglais, que j’ai pourtant adulé un moment, ne m’ont plus réveillé la nuit. Pourtant…
  • 10000
    Bones Uk est, comme son nom l’indique en partie, un duo anglais féminin que l’on pourrait qualifier de « décadent », dans le sens où, pour définir sa musique, les donzelles ont choisi « des serpents, du sexe, du cuir et des motos ». Bon, ok, tout ça sonne terriblement cliché et un poil…
  • 10000
    Après un "Return Of Saturn" pas franchement reluisant ni acclamé par la foule, on croyait No Doubt revenu à de plus saines préoccupations, comme d'ailleurs le titre du nouvel album le laissait supposer. Que nenni ! Point de traces du ska / rocksteady du "Tragic Kingdom" révélateur ici, il s'agit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *