NEPAL : Adios Bahamas

Drôle de chronique. Bien sûr, il arrive régulièrement que des disques de rap français apparaissent ici. Mais à titre posthume, je crois que c’est la première fois. Nepal, donc, s’est éteint le 9 novembre 2019, de causes inconnues. Et « Adios Bahamas » est donc à la fois son premier et son dernier album. La date de sortie de ce projet qui tenait à coeur à l’artiste a été maintenue malgré le deuil. Histoire que tout ça n’ait pas été vain. Parce que le but n’est pas la reconnaissance, c’est la transmission du message. La preuve ? Népal n’a jamais voulu montrer son visage. Une voix dans la foule, oui, mais de celles qui résonnent plus fort et plus longtemps que les autres, voilà ce que visait le parisien. Sur le disque, on retrouve quelques featurings, avec les copains Nekfeu et Doums notamment. On trouve surtout de très bons titres, très bien écrits, qui montrent les progrès et le travail (ou le contraire) du rappeur depuis ses débuts. Et pour la première fois, on les retrouve en streaming, alors que jusqu’ici, ce système rebutait le mc. Mais ce n’est que justice que ses paroles et son phrasé puissent être découvertes et partagées par plus de public encore. Bon, ceci dit, et si j’apprécie globalement le travail de Nepal, quelques éléments me dérangent toujours. Oh, des trucs qui ont à voir avec une appréciation toute personnelle, et donc susceptibles de ne pas trouver résonance en vous. Donc je vais essayer d’être assez clair. Les textes sont tous très valables, riches d’une analyse fine et juste, les instrus sont bien troussés et variés, mais… Il y a ces parties chantées. Il y a ce feeling tranquille, posé. Et ces éléments ne me correspondent pas, ce qui m’empêche d’adhérer à 100% à ce chant du cygne. Mais pour autant, je ne peux que conseiller sa découverte.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    « Boombap 2.0 ». Une jolie formule qui, Lacraps l’avoue, n’a pas de signification profonde. Vieilles formules à la diction moderne, pourrait-on dire ? Oui. Lacraps, nordiste d’origine, montpelliérain d’adoption, est venu tard au rap. Trop occupé à survivre. Ce qui ne signifie ni qu’il est plus « street » qu les autres, ni moins…
    Tags: l, ne, a, s, rap, plus, mc, n, français, on
  • 10000
    Décidément, je croise souvent le beatmaker Mani Deiz en ce moment. Et autant il est efficace et posé en solo, autant il est un atout considérable pour ses collaborateurs dans le domaine hip-hop. Cette fois-ci, donc, c’est avec Lucio Bukowski qu’il s’associe le temps de 38 minutes d’un rap français…
    Tags: s, rap, c, autant, français, n, mc, album, l, paroles
  • 10000
    Ce serait mentir que d’affirmer que je suis autant attentif à la scène rap français qu’il y a dix ou vingt ans. Mais le genre sait me rappeler à son bon souvenir une fois de temps en temps, et me prouver que certains ont encore des choses intelligentes à dire,…
    Tags: l, ne, s, rap, y, me, album, a, français
  • 10000
    Médine est au 11 septembre 2001 ce que « Démineur » est au 7 janvier 2015 : un dommage collatéral. Et si d'aucuns aimeraient le faire passer pour un point de détail de l'histoire du rap français, ceux qui ont déjà pris la peine de lire ses textes savent qu'il n'en est rien.…
    Tags: titre, français, rap
  • 10000
    Le troisième album du rappeur Dooz Kawa sera donc celui qui m'introduira dans l'univers fantasque, original et littéraire du strasbourgeois. Qu'on s'entende ; vous pouvez continuer à me traiter d'inculte parce que je ne comprends pas la poésie et le côté visionnaire de Booba, je m'en fous. Moi, ce que je…
    Tags: ne, jamais, me, on, rap, album, autant, longtemps, paroles, l'album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *