MURDER BY DEATH : In bocca al lupo

Formé dans l’Indiana selon une formule assez inédite sinon rare puisque le groupe compte une violoncelliste à plein temps, Murder By Death s’inscrit dans une scène country alternative alors en pleine expansion au début des années 2000 aux USA. « In bocca al lupo », son troisième album, nous arrive en 2006 alors que son leader redécouvre Johnny Cash et consorts. Ce qui donne une tonalité beaucoup plus grave à sa voix, qui sied parfaitement au genre dark americana déployé ici, même s’il serait réducteur de circonscrire ainsi les terres musicales de de Murder By Death, qui s’aventure parfois beaucoup plus loin afin de ramener à ses titres des éléments marquants. Et des titres mémorables, il y en a pléthore ici. A commencer par le premier et parfait « Boy decide », épopée western baroque imprégnée d’une identité rock inaltérable. « One more notch » lui fait suite de la meilleure des façons, plus tempérée mais tout aussi rythmée. « Dead men and sinners » revisite la chanson de pirate, et c’est un enchaînement continu de titres sombres mais énergiques, aux ambiances uniques, ni vraiment ancrés dans leur époque ni évoquant franchement une autre. Murder By Death signe en tout cas ici une œuvre singulière et attachante, grâce notamment à des chansons incroyablement fortes (le déjà cité « Boy decide », l’imparable « Sometimes the line walks you », le mirifique « Raw deal »), le reste relevant « seulement » du très bon. Bref, « In bocca al lupo » est énorme !

Site officiel

Paroles de l’album

Murder By Death : Sometimes the line walks you

Murder By Death : Brother

Related Posts

  • 10000
    Quatrième album pour Murder By Death, et premier chez Vagrant, qui ne s'est pas trompé en signant ces très talentueux adeptes du country punk. Ce disque fait vraiment le lien entre Nick Cave, Johnny Cash et Sixteen Horsepower. Dès le premier titre, « Comin' Home », gothique en diable, on…
  • 10000
    J'ai aimé Murder By Death. Je l'ai aimé pour la singularité de sa musique, rock indé infusé au country-punk et au gothabilly, pour sa noirceur et son cynisme, pour la rage peu contenue de ses compositions, pour la voix reconnaissable entre mille de son leader. Mais comme souvent lorsqu'on aime,…
  • 10000
    En lançant l’écoute de ce premier album de Me And That Man, je ne savais pas à qui appartenait le domaine dans lequel je pénétrais. Mais dès les premières secondes de « My church is black », j’ai compris sur quelles plates-bandes le groupe marchait lui-même ; Johnny Cash, Nick Cave, et toute…
  • 10000
    Je sais de King Dude que c'est tout d'abord le propriétaire d'une marque de fringues goth mais qu'il aime aussi la musique, de préférence bien dark. Membre de plusieurs formations de plusieurs bords différents (black metal, hardcore metal), il signe également des disques sous son nom propre, dont ce "Fear"…
  • 10000
    Quelquefois, on se lance, sur la foi d'un titre, d'un pochette, à l'assaut d'un album, en fantasmant son contenu. Et quelquefois, ça marche. D'autres fois, on tombe sur quelque chose de différent, mais auquel on accroche quand même. C'est dans cette deuxième catégorie que je rangerais le premier album de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *