MORK : Det svarte juv

Mork est norvégien, pratique un black metal à la fois cru et malsain, très chargé en ambiances, et puis c’est l’un des chouchous de Blasphemer, un type qui a du goût généralement. Alors bon, c’est sûr, c’est pas le genre de disque qui va leur permettre de se lancer à l’assaut de tous les festivals rock, loin s’en faut, mais bon, on s’en fout. Parce que quand un « Da himmelen falt » débarque, il est très difficile d’y résister, tout brut qu’il paraisse. Et il ne fait pas que paraître, d’ailleurs. Grésillant, sale, plein de riffs thrash mid-tempo, d’accélérations soudaines, de décélérations tout aussi aléatoires qui nous font plonger dans une fange maléfique sans le côté grand-guignol occulte, « Det svarte juv » est tout ce qu’on attend d’une œuvre de raw black. A la limite de la caricature ? Non. Parce qu’on y trouve en plus du chant clair, et que, y’a pas à dire, Mork sait parfaitement doser ses effets. Il a beau avoir l’air tout à fait artisanal, presque approximatif, ce disque, il n’en est rien. Le dépouillement organisé. La haine canalisée, ne s’exposant au grand jour que lorsque c’est nécessaire. Les riffs dont le groove n’est pas absent. Les structures pas si black. Tout ça au sein de putain de très bons titres, diversifiés mais faisant toujours référence au black old school. Alors ce goût de cendre et de terre qui continue à nous serrer la gorge après l’écoute de ce quatrième album ? A la limite de l’asphyxie érotique pour les fans du genre !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Derrière ce nom énigmatique et cet artwork pour le moins ésotérique se cachent un groupe allemand, dont le nom signifie « La route de / vers la liberté », et un album de black metal new school. Ce qui ne s’entend pas, je vous l’accorde, lorsque « Aufbruch », pur moment de black cru…
  • 10000
    Wolok, nouveau venu sur la scène française (mais avec des membres déjà expérimentés), soulève avec perspicacité dans ce «Universal Void» le problème du mixage et de l'enregistrement. Et pourtant, cette démo de la formation n'est pas un «concept album». Non, c'est juste l'un de ces groupes underground (on parle ici…
  • 10000
    Darkspace est un groupe suisse de black metal ambient. Pour vous décrire la chose, j'évoquerai un mélange de Blut Aus Nord et de Vinterriket, soit une musique intense, extrême, volontairement crue et brouillon, laissant une grande place aux claviers, et laissant s'installer des atmosphères nébuleuses à travers de très longues…
  • 10000
    King Apathy est allemand. Bon, ok, d’habitude, je vous livre ce genre d’informations géographiques un peu gratuitement, mais là, je sens qu’il y a quelque chose. Remarquez, je pense qu’il aurait pu être suédois. Pourquoi ? Parce que les deux formations qui me viennent en tête ici sont Disbelief et…
  • 10000
    Ils ont mis le temps, les suédois, pour donner une suite à leur excellent et très ambitieux « The wild hunt ». Et ils ont choisi de frapper fort… Une fois de plus, serait-on tentés de dire. Erik Danielsson semble prendre un malin plaisir à brouiller les pistes. Ainsi, « Nuclear alchemy » fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *