MOONSPELL : 1755

En 2008, « Night eternal » m’avait convaincu que le groupe portugais avait encore des choses à dire dans la catégorie gothic doom. Il marquait en tout cas une volonté de revenir à un genre plus mordant et grandiloquent. Depuis, Moonspell a apparemment bifurqué vers un style plus empreint de symphonies et d’un feeling quasi-religieux, et ce malgré la position contraire jadis adoptée par le combo. Bref, 9 ans plus tard, la recette a évolué, mais finalement très peu. Certes, le riffing est beaucoup moins extrême, mais si différence on doit chercher, c’est donc plutôt dans l’organe vocal de Fernando. Moins grave, plus death doom et proche des débuts. Et surtout, les textes sont ici déclamés dans sa langue maternelle. Moonspell a-t-il eu un sursaut de patriotisme, ou a-t-il soudainement pris conscience que ses années fastes, celles où il trustait le premières places du podium du genre, étaient derrière lui, alors à quoi bon chercher à s’exporter plus facilement en s’exprimant en anglais ? Et bon, il n’aurait pas vraiment tort le bougre. Oui, « 1755 » est assez sympathique dans l’ensemble. Mais il n’a ni le panache ni le charme d’antan. Alors oui, je pourrais aussi vous dire qu’il s’agit d’un album concept, se basant sur une coïncidence troublante, celle qui a amené le plus terrible tremblement de terre de Lisbonne à détruire la ville le jour de la Toussaint. Mais est-ce vraiment important ? Et vous dire que oui, ce disque s’écoute fort bien, présente des qualités mélodiques indéniables, fait preuve d’un savoir-faire que seul un groupe d’expérience et de talent peut proposer. Mais « 1755 » ne me convainc que sur le moment, je n’en retiens que des bribes, juste l’ambiance générale, et c’est quand même dommage pour un groupe qui m’a donné tant de frissons dans le passé…

Site officiel

Paroles de l’album

Moonspell : In tremor dei

Related Posts

  • 10000
    J'avoue avoir un peu décroché de la musique des portugais de Moonspell depuis quelques années. L'impression que le groupe tourne un peu en rond, essaie sans y parvenir de retrouver la fureur et la noirceur d'antan, puis tente l'expérimentation pour retrouver une deuxième jeunesse. Et puis, sans prévenir, le groupe…
  • 10000
    Voilà quelques années que les ibères de Moonspell naviguent en eaux troubles. Catapultés « dieux du metal gothique » avec le très réussi « Sin/Pecado », Fernando Ribeiro et les siens n’ont jamais vraiment su gérer les attentes que plaçaient en eux des millions de fans et de critiques rock, ni réitérer les exploits…
  • 10000
    Ils sont cinq, nous viennent de Gävle, belle ville de 71000 habitants du centre de la suède, et vont nous interpréter leur premier album, je vous demande d’applaudir Apocalypse Orchestra les enfants ! [plus tard]. Alors, c’était bien hein ? Et quelle note on leur met ? 10 ? Oh, faut pas pousser quand…
  • 10000
    Sorte de supergroupe du metal underground avec des morceaux de Kayo Dot, Dysrhytmia et Gorguts, Vaura a la particularité d'essayer de mélanger ses nombreuses influences, situées en territoire metal, gothique ou expérimental, ce qui aboutit à un résultat assez original, quelque part entre Supuration et Moonspell avec un certain penchant…
  • 10000
    Le métal espagnol n'a jamais été très en vue. C'est bien simple, comme ça, de mémoire, pas un nom ne me vient à l'esprit. Nahemah, quintette ibère nourri au rock et au metal, en a conscience et, fort de ce constat, a donné le meilleur de lui-même pour que ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *