MELAN : Abandon sauvage

Ce serait mentir que d’affirmer que je suis autant attentif à la scène rap français qu’il y a dix ou vingt ans. Mais le genre sait me rappeler à son bon souvenir une fois de temps en temps, et me prouver que certains ont encore des choses intelligentes à dire, et s’emploient à le dire de façon intelligible. Melan, donc, est un mc toulousain qui sort ici son deuxième album. Du rap à l’ancienne, sans trace aucune des boursouflures trap pseudo-modernes et des productions putassières, qui va puiser dans les recettes usées mais toujours efficaces du storytelling et de l’egotrip. Et puis aussi, l’adopté de la ville rose (Melan est en fait originaire des Yvelines) sait varier les ambiances et y adapter son flow, et ça, c’est essentiel. « Abandon sauvage » est donc une collection de titres bigarrés, entre insouciance amère de la jeunesse et recul nécessaire de celui qui en a assez vu tomber pour ne pas vouloir suivre le même chemin. Melan rappe vrai, ne cherche pas à s’inventer une vie. Son flow tranchant contraste avec ses instrus le plus souvent mélancoliques, et cette bipolarité est parfaitement illustrée par un titre aux deux termes trop bien choisis pour que ce soit un hasard ou une formule. Oui, Melan s’abandonne, se livre, sans fard, éclaire son âme plein phares, pour mieux se réjouir de vivre avant que son heure ne sonne. Ni résigné ni domestiqué, il affiche des convictions fortes et une vision personnelle de l’intégrité et du chemin à suivre, loin des majors et des formules faciles, en y allant à son rythme mais sûrement. Tant mieux pour nous et tant mieux pour le rap français !

Paroles de l’album

Site officiel

Melan : Sincère

Melan : Enfermé dans ma tête

Melan : Mediterraneo

Related Posts

  • 10000
    Le rappeur Hartigan et le beatmaker Mani Deïz s’allient pour nous présenter ce premier album du emcee. Ceux qui traînent souvent ici le savent ; en terme de rap français, j’aime les choses posées, sombres et écrites. Vous ne vous étonnerez donc pas de la teneur résolument amère de ce « Purgatoire »…
  • 10000
    Le troisième album du rappeur Dooz Kawa sera donc celui qui m'introduira dans l'univers fantasque, original et littéraire du strasbourgeois. Qu'on s'entende ; vous pouvez continuer à me traiter d'inculte parce que je ne comprends pas la poésie et le côté visionnaire de Booba, je m'en fous. Moi, ce que je…
  • 10000
    J'écoute peu de rap francophone. Mais j'ai la prétention de n'écouter que des choses de qualité. Il faut dire qu'à la différence du rap ricain je m'attache beaucoup au texte, à l'esprit, à l'attitude. Asocial Club, par exemple, est un collectif de mc's venus d'un peu partout mais avec pour…
  • 10000
    Médine est au 11 septembre 2001 ce que « Démineur » est au 7 janvier 2015 : un dommage collatéral. Et si d'aucuns aimeraient le faire passer pour un point de détail de l'histoire du rap français, ceux qui ont déjà pris la peine de lire ses textes savent qu'il n'en est rien.…
  • 10000
    Avec Beat de Boul, les Sages Poètes de la Rue, en featuring ou en solo, Zoxea a toujours été respecté et écouté dans le milieu du rap français. Et pourtant, le bonhomme est plutôt du genre discret côté production discographique. C'est un animal à sang froid, prenant son temps pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *