MARTYRDOD : Hexhammaren

Il y a trois ans, je découvrais avec délice le crust metal bien brutal de Martyrdöd. « List » était un disque de facture assez classique mais dont la radicalité m’avait laissé un bon souvenir ; c’est donc avec une certaine fébrilité que je m’apprête à prendre de plein fouet 13 nouvelles salves des suédois. Encore une fois, « Hexhammaren » enchaîne les titres uptempo, portés par une voix bien granuleuse, des riffs classiques et efficaces, une rythmique assez minimaliste… Et quelques fioritures mélodiques à la guitare lead. Tout ça s’équilibre bien, et permet d’apprécier la folie et la violence de l’ensemble sans renoncer au plaisir de différencier les chansons. Bon, ceci dit, si je devais hiérarchiser les deux disques du combo présents ici, je serai bien ennuyé. Parce que, bon, ils ont quand même pas mal de points communs… et des différences qui vont diviser. « Hexhammaren » est doté d’un son plus massif, d’un mix moins froid, plus clair. La voix, par exemple, ressort beaucoup plus. Mais de mon côté, je préférais le son brut de « List ». Ce disque est également un peu moins direct, plus thrashy ; le qualificatif de mélodique lui sied bien mieux, sans pourtant verser dans la sensiblerie, loin s’en faut. On pourrait également dire pas mal de choses (négatives ? ) de cette pochette colorée et inquiétante, mais bien moins mémorable que celle de « List ». Alors quand on additionne tout ça, « Hexhammaren » semble être une mauvaise surprise. Ce n’est pas vraiment le cas. Certes, j’ai toujours tendance à préférer le précédent, mais Martyrdöd prouve ici que l’immobilisme n’est pas dans sa nature, et qu’il a encore des idées à défendre après 18 ans d’existence. Et rien que pour ça, respect !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    La sauvagerie, c'est un concept souvent galvaudé en territoire metal. Mais le crust metal de Martyrdod, lui, n'y est pas étranger. Le groupe a beau se revendiquer « mélodique », ce qu'il nous propose depuis 2001 en a toutes les caractéristiques. Déboulant à 200 à l'heure , les dix titres de ce…
  • 10000
    Cinquième album pour les allemands Downfall Of Gaïa. Depuis leurs débuts, le groupe s’est démarqué en proposant un post black atmosphérique teinté de post hardcore et de sludge. Alors non, ce n’est pas un mélange inédit, mais il s’avère suffisamment maîtrisé pour s’attirer les faveurs du public. Et petit à…
  • 10000
    Je me suis toujours demandé si, en l’absence de Baroness et Kylesa qui partagent la même origine géographique (Savannah, Georgie, USA), on aurait remarqué Black Tusk. Bien sûr, la musique du groupe est sympathique, mais leur autoproclamé swamp metal n’est ni plus ni moins qu’un (habile) mélange entre sludge, death…
  • 10000
    Avec son nom allemand, Freitot (soit « mort libre ») et son look bien sombre, je me doutais que ce disque ne m’offrirait pas d’occasion de sortir le briquet et chanter des chansons d’amour en me dandinant. Et comme j’étais à la recherche de quelque chose de brutal et sans concessions, j’en…
  • 10000
    Je ne connaissais pas Death Wolf il y a trois jours. Pourtant, le groupe existe depuis 2000 et sort aujourd'hui son troisième album. Et là, vous allez me dire ; il y a un loup (ah ah !). Nan, parce que, quand même, avec sa longévité et sa discographie, si…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *