MANONMARS : Manonmars

Bristol, ça vous évoque quoi ? Pour ma part, ça me fait penser au trip-hop, genre qui a tenté et réussi, au moins un temps, de substituer lma morosité ambiante et l’immobilisme musical en hybridant le hip hop et la musique électronique, tout en conservant l’atmosphère poisseuse et mélancolic(que) de la zone. Voici quelques années que le genre vivote et se cherche un futur. Bon, je ne vais pas vous dire la messe ici, vous annoncer que Manonmars est une merveille et fera naître un nouveau genre, parce que ce serait du flan. Mais avec son allure de Faithless sous prozac, il a quelque chose de rafraîchissant. Enfin, le terme n’est peut-être pas très bien choisi. Quand « Blood » débarque (« déboule » aurait une connotation un peu trop empressée), on sent bien le brouillard s’installer et la température descendre en flèche. « Manonmars », le disque, ne vous arrachera aucun sourire, aucun soupir de satisfaction. Je ne peux même pas dire que certains titres vous feront vous relever la nuit. Non, ici, c’est l’ambiance générale qui prime, c’est sa personnalité unique. Tranquilles, sombres et limite dépressifs tendance monotone, les quatorze titres qui hantent ce disque sont spéciaux. Je ne parvient pas à aimer pleinement cet album, mais je suis également loin de le détester, et j’ai envie de découvrir le flow de Manonmars mieux accompagné, au sein de beats sales, sur des nappes fantômatiques certes, mais avec un groove mieux maîtrisé. A suivre donc !

Site officiel

Manonmars : Milk // never

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *