MAN WITHOUT COUNTRY : Maximum entropy

manwithoutcountry_maximum

Surfant largement sur la vague shoegaze, Man Without Country coupe le genre sur-représenté de nos jours à l’electro-pop et l’electronica, pour aboutir à un deuxième album bourré de titres planants, mélancoliques et chargés d’effets. Le duo anglais a fait appel encore une fois à Morgan Kibby, dont on a déjà entendu l’organe s’exprimer au sein de M83, pour illustrer de fort belle manière ses titres. Car oui, ce disque est très réussi. Un poil répétitif, certes, mais vraiment réussi. La voix aidant, on y retrouve une couleur M83, mais pas que. De sons « spatiaux » en envolées mélodiques, les rythmes discrets et les titres mid tempo s’enchaînent, sans que l’on puisse reprocher à ceux-ci de manquer d’accroche. Et bien que l’album soit un peu trop long et homogène, on en ressort avec une bonne impression globale, accentuée par la bonne surprise de trouver en fin de parcours une reprise assez convenue et néanmoins bienvenue du « Sweet harmony » de The Beloved. Un choix opportun, sorte de madeleine de Proust qui finit de conquérir l’auditeur, du moins celui dont l’âge dépasse les trois dizaines. Pas mal du tout, ce « Maximum entropy » se paie le luxe de s’avérer encore plus efficace à la 2e et 3e écoute… Une formation à aimer et à suivre !

Site officiel

Man Without Country : Laws of motion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *