MAN MAN : Dream hunting in the valley of the in-between

Sept ans après leur dernier album, voici le nouvel album de Man Man. Si vous ne connaissez pas Man Man, alors restez sur vos gardes : vous n’êtes pas à l’abri d’un coup de cœur. Enfin, pour peu que vous soyez sensibles à une certaine forme de folie musicale. Car Man Man est attaché à sa liberté. Et sa liberté prend souvent des formes expérimentales, puisant dans pas mal de formes de rock, dans le jazz, dans la musique de spectacle et de comédie musicale… Certains synthétiseraient de façon abrupte mes propos en disant qu’un album de Man Man, c’est un joyeux bordel. Je vais dire que c’est faux. Mais je suis un peu de mauvaise foi. Les plus finauds d’entre-vous auront remarqué que Man Man est absent des pages d’Adopte Un Disque. Pourtant, j’ai deux albums du groupe à la maison. (les deux précédents). Mais j’avoue que c’est tellement casse-gueule à chroniquer que je ne me suis jamais risqué à faire un « oldies but goodies ». Est-ce que le confinement m’a rendu plus téméraire ? Peut-être. Bref. Outre son nom à coucher dehors, ce sixième album reprend les choses là où « On oni pound » les avait laissées. Ah, oui, je sais ! J’ai parlé ici d’un excellent disque anglais de Lupen Crook. Eh bien c’est de celui-là que ce disque se rapprocherait le plus, si je dois en choisir un. Ah, ben oui, je sais, ça ne vous avance guère. Et si je vous dis que les histoires narrées par l’inénarrable Honus Honus sont aussi dingues que sa musique ? Bon. Le groupe décrit sa musique comme « viking vaudeville » ou « manic gypsy ». Ok, c’est un cul de sac aussi. Le groupe emploie principalement le piano, mais aussi le violon, la flûte, le saxo, le soubassophone, le xylophone, et les plus classiques basse, batterie et claviers. Tout ça ensemble souvent. Donc on y est : Man Man ne ressemble à rien de ce que vous connaissez, et même si c’était le cas, il le fait tellement à sa façon que vous ne reconnaîtriez rien. Alors oui, il peut être compliqué de se raccrocher à une chanson en particulier, et ce n’est peut-être pas le meilleur album du groupe, mais ça reste un excellent opus !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album pour cet artiste signé chez Brainfeeder (label de Flying Lotus) et qui porte bien haut les couleurs de l'originalité et du métissage sonore. Soyez prévenus : ici vous entrez en territoire inconnu, vous arpenterez des terres vierges de toute normalité sonore. Oh, vous saurez ici et là y déceler…
  • 10000
    Lupen Crook , c’est Matthew Pritchard, un doux dingue obsédé par la musique dès son plus jeune âge, et qui n’aura de cesse d’expérimenter et d’écrire durant des années, le plus souvent loin des radars de ses contemporains d’ailleurs. Et en fait on ne leur en voudra pas d’avoir voulu…
  • 10000
    Jarrod Gosling (rien à voir avec Ryan) est un touche-à-tout. Pour ma part, et concernant Adopte Un Disque, vous pouvez en trouver la trace sur I Monster, projet electro fourre-tout assez génial auteur de quelques hits (je vous laisse la surprise, mais vous en connaissez forcément un). Avec Regal Worm,…
  • 10000
    Là, je suis scié. Scié que ce soit Relapse qui m'envoie dans les esgourdes un combo de la teneur musicale de Pinkish Black. Car de metal, il n'en est pas vraiment question sur ce troisième album du duo. Certes, la musique du combo est assez sombre, et on perçoit ça…
  • 10000
    En 1998, lorsque Vulture Industries se forme, c’est avec la ferme intention...de proposer un super gothic / doom. C’est du moins ce que nous raconte la bio du groupe. Quelques années plus tard, quand on croise ce quatrième album du groupe, il est difficile de concevoir le trajet qui sépare…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *