LVX : Rise of a new empire

Alors oui, j’aime bien la synth wave. Je ne sais pas si ça me rappelle mes premiers émois avec ce qui ressemblait à de l’electro, ou des génériques de séries télé qui m’en ont mis plein les yeux, mais en tout cas, ça marche. Alors forcément, on m’en propose encore plus. Cette fois, c’est Lvx, projet français, qui toque à ma porte. Enfin, toquait. Parce que je ne suis pas en avance ; « Rise of a new empire » est paru en octobre. Comme on peut s’y attendre au vu de l’artwork (qui, je trouve, ne rend pas hommage au contenu), ce disque est très branché SF et surréalisme d’un point de vue influences. Bon, ceci n’a clairement que peu d’intérêt pour un genre totalement instrumental, on est d’accord. D’autant plus que le pouvoir évocateur de la synth wave nous emmène directement sur la piste du futur. Musicalement, on est moins badass ici que chez Perturbator et consorts, plus proche d’une electro synth plus « classique ». Oh, ce n’est pas un mot que je désirais employer, mais je ne trouve pas d’autres qualificatifs là. Le fait est que « Rise of a new empire » est tout de même plus soft que ses petits camarades. Ce que je n’associe pas à « moins bien ». En effet, les mélodies sont tout aussi contagieuses. Bon, j’écarterai peut-être « Elysion », son chant en français et ses longueurs, mais c’est subjectif. Le reste est vraiment de qualité, et pour un début (le parisien n’a pas encore une très longue expérience), c’est plus qu’encourageant. A suivre donc !

Site officiel

Related Posts

  • 78
    Versant sale et méchant d'une scène synth wave en odeur de sainteté, Perturbator avait traversé ma route comme un bolide en 2014 avec son « Dangerous days », me laissant globalement convaincu même si je trouvais le disque inégal. Deux ans plus tard, je veux bien entendu me rendre compte par moi-même…
    Tags: plus, bien, perturbator, me, synth, pop, wave, electro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *