LINDEMANN : Skills in pills

Lindemann_Skills_in_Pills

Le frontman d’un groupe aussi énorme que Rammstein qui sort un premier album solo, ça interpelle forcément. Sauf que d’album solo, il n’en est ici pas vraiment question. Car il y a un deuxième rat dans le navire, et non des moindres, puisqu’il s’agit de Peter Tagtgren, génial production et compositeur suédois bien connu des fans de metal extrême. Sans surprise, on retrouve ici des éléments conjoints. Si le titre « Skills in pills » rappelle fortement Rammstein, « Ladyboy » évoque immanquablement Pain. Le reste navigue entre ces deux univers. Le petit plus de ce nouveau projet, c’est son côté très sympho, qui met encore plus en évidence les qualités mélodiques des onze compositions ici présentes. On pourrait donc qualifier « Skills in pills » de metal symphonique industriel. Côté thèmes, on passe de la petite obsession de Till pour le sexe (bien présente sur ce premier opus) à des choses plus classiques pour le metal, à savoir la souffrance, le deuil, la mort et autres joyeusetés. Des textes qui pourront être compris par tous (enfin, par plus) puisqu’ils ont été écrits en anglais. Entre second degré et gravité, metal grand public et exigence de ses participants (parmi lesquels on trouve aussi un membre de Carach Angren), voici un disque qui tient largement toutes ses promesses. Même s’il comporte quelques titres plus anecdotiques, il s’avère vraiment à la hauteur de Rammstein et Pain, et pourrait même les supplanter si jamais l’envie en prenait à ses auteurs. C’est d’ailleurs la question qui vient aux lèvres après l’écoute de ce disque ; qu’a donc le combo allemand de plus ? En perte de vitesse, avec des membres qui regardent ouvertement par la fenêtre, le bastion teuton semble dangereusement remplaçable… Surtout que cette « récréation » lui ressemble pas mal. La suite nous le dira !

Paroles de l’album

Site officiel

Lindemann : Praise abort

Related Posts

  • 10000
    Rammstein est un bon groupe, mais un groupe inégal, et ce depuis ses débuts. Capable du meilleur comme du pire, on ne sait jamais à quoi s'attendre de la part des allemands. Si « Mutter » et « Reise, Reise » m'avaient séduit, « Rosenrot » m'avait sacrément refroidi. « Liebe Ist Fur Alle Da » se situe…
  • 10000
    Nos allemands préférés tiennent vraiment un rythme infernal depuis quelques temps. « Reise, Reise » pas encore oublié, ils nous livrent ce « Rosenrot », au très beau layout, directement en rapport avec le titre de son prédécesseur. La musique n’a, comme on pouvait s’y attendre, que peu évolué. On…
  • 10000
    Après le terrassant « Mutter », nos allemands préférés avaient le vent en poupe, les projos braqués sur eux et plutôt intérêt à réussir un autre coup d'éclat, puisque des milliers de fans mécontents, ça n'est jamais très bon pour la suite d'une carrière. Et ça, Rammstein l'a bien compris…
  • 10000
    L'Allemagne, pour ceux qui ne le savent pas encore, est la mère patrie de la musique médiévale et néo-médiévale. Incroyable, le nombre de combos issus de cette branche musicale qui jouent des coudes pour gagner l'affection de fans pas si nombreux. Aujourd'hui, nous allons nous pencher sur le cas de…
  • 10000
    Oomph! a eu beau faire, son heavy indus goth a toujours eu du mal à passer les frontières de son Allemagne natale. C'est ce qu'on a qualifié d'«effet Rammstein»; lorsqu'une contrée surtout connue pour ses formations de heavy metal, d'électro goth ou de fête de la bière, avance un pion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *