LE NOISEUR : Musique de chambre

En 2015 (déjà ?), j’étais ressorti de « Du bout des lèvres », le premier album du parisien, un peu mitigé. Parce que, si elle avait un charme indéniable, sa musique pop néo classique légèrement surannée se réclamait un peu trop, sans le dire, de Biolay et consorts. Que son air de dandy branleur trouvait ses limites dans la répétition. Mais la pochette décalée de « Musique de chambre » m’a rappelé autant les qualités du Noiseur que sa propension à proposer des titres assez sombres, qui donc contrastent fortement avec elle. Quatre ans, c’est assez pour changer. D’ailleurs, quand débarque « l’origine du monde », on est assez surpris. Plus direct, plus coquin, avec quand même cette patte mélodique mélancolique, le single marque un tournant. Tournant confirmé avec « Aston morphine » et ses clins d’oeils littéraires, qui traite plus d’immédiateté que de questions existentielles (même si…). « Dépression nord » est un peu plus ouvert encore, plus drôle aussi, se situant dans la mouvance « nouvelle variété » inspirée eighties façon Vendredi Sur Mer. Je les verrais bien nous gratifier d’un duo d’ailleurs… « Summer slow 88 » joue avec son image, en fait des caisses, jouant la carte de l’autodérision. Enfin, la chanson-titre (qui n’en est pas vraiment une puisque le titre est entièrement parlé) est…une présentation. Le Noiseur s’y livre, y livre ses attentes, son quotidien de mec un peu solitaire qui rêve de s’ouvrir aux autres, n’y arrive pas forcément et se prend quelques portes fermées au visage. Bilan de cet ep ? Un glissement assumé plus « grand public » qui permettra peut-être au Noiseur de rencontrer son public, mais qui lui ferme un peu plus ma porte. Bah, s’il se sent mieux là, pourquoi pas ?

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Je goûte très peu de chanson française. Ou plus exactement, je suis très sélectif. Gourmet ? Non. Toujours est-il que trouver un album qui me plaise dans ce genre relève de l'exploit. Pourtant, certains y parviennent. Pour cela, il leur faut user de stratagèmes retors ; détourner les codes de la chanson,…
    Tags: noiseur, plus, se, chanson
  • 10000
    De la chanson pop francophone, je ne connais pas grand-chose. Tout simplement parce que la plupart du temps, ça ne m’intéresse guère. Trop léger, trop typé chanson, un peu trop gnan-gnan, c'est un genre de magiciens ; ses acteurs me font perdre toute motivation à continuer l'écoute. Mais, oui, quand on…
    Tags: y, pop, rock, chanson
  • 10000
    Croiser un regard et tomber amoureux, vous y croyez ? Non ? Pourtant, c'est un peu ce qui s'est passé pour moi avec Chevalrex. Bon, en version musicale, soit, mais le principe est le même. Toujours à la recherche de nouvelles sensations musicales, je m'aventure régulièrement à la lisière de mon confort,…
    Tags: plus, se, y, variété, pop, chanson, musique, rock
  • 10000
    Ah, le conditionnement et son pouvoir... Non, stop, il n'est plus à démontrer. Mais l'auto-conditionnement, on en parle ? Bon, tout ça pour dire qu'une fois encore, j'ai failli agir comme un bon gros blaireau à la lecture de la présentation de ce disque. Il faut dire que le terme « chanson…
    Tags: plus, chanson, y, pop, assez
  • 10000
    Improbable. C’est le mot qui m’est venu à l’esprit à l’écoute de « J’aimerais », premier titre de ce premier album de la suissesse, française d’adoption Charline Mignot avec son projet Vendredi Sur Mer, au nom déjà improbable. Alors qu’est-ce qui a guidé mon jugement, me demanderez-vous ? Et bien, Vendredi Sur Mer,…
    Tags: c, d, y, n, l, musique, plus, chanson, pop, rock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *