LAURA COX : Burning bright

Bon, j’avais jusqu’ici fait l’impasse sur le petit phénomène hexagonal Laura Cox parce que, bon, reprendre des standards rock et blues, c’est bien, mais ça ne me passionne pas et… Oh, mais le snobinard ! Parce que, bon, avec une telle logique, je m’apprêtais à passer aussi à côté de ce disque, qui exploite le filon classic rock, alors que bon, les autres faisaient déjà ça très bien. Sauf que Laura Cox le fait aussi bien, et parfois peut-être même mieux, parce qu’avec un son réactualisé. Parce qu’à la première écoute, sans avoir le passif de la dame (son apparition dans la sphère publique en 2008 via youtube et le succès qui en a découlé), on a l’impression que c’est des states qu’elle nous vient. A l’aise à la guitare comme au chant, avec un parfait accent qui trahit les origines anglo-saxonnes de son paternel, elle enchaîne ici 10 titres positionnés classic rock entre hard rock, blues rock, sudiste et AOR à la ricaine. Leur point commun ; une étude suffisamment poussée de ce qui marche ou pas, mélodiquement s’entend, et une adaptation / restitution idéale. Aucun point faible ici, aucune interprétation molle du genou, aucun riff honteux. On ne recherchera pas forcément une personnalité unique, mais Laura Cox (et son groupe, elle ne compose pas seule) est une fille du rock et ce genre a envahi l’ensemble de ses cellules, dormantes ou pas ; impossible d’échapper au bon feeling qui se dégage de ces titres, aux gimmicks malins, aux rythmiques groovy, à ce chant country-blues rock nickel. On a beau se situer en territoire graisseux, tout est propre et étudié ici, parfaitement huilé. La suite est logique : « Burning bright » est fait pour marcher, aucune raison qu’il ne rencontre pas un succès mérité.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    En musique comme à la guerre, la surprise peut venir de partout. Je pense que c’est pour ça que, des années après avoir commencé en dilettante à écrire ce que je pensais de ce qui me passait par les oreilles, je continue à m’accrocher. Bien sûr, il m’arrive d’être découragé,…
  • 10000
    Timothy Showalter, le barbu derrière Strand Of Oaks, a quelque peu écorché son disque précédent, « Heal ». bon, c’est sûr, c’est sain, et même naturel d’évoluer, de voir le futur meilleur et plus beau que le passé. Mais ça me pose quand même problème, dans le sens où c’est par celui-là…
  • 10000
    On savait Jack White fortement influencé par la musique de ses parents. Influences qu'on avait déjà largement vu transparaître autant sur son album solo précédent que chez les Raconteurs, les Dead Weather ou même au travers de l'album en compagnie de sa dulcinée Karen Elson. Et bien ce "Lazaretto" semble…
  • 10000
    Je l'avoue, même si je suis la formation britannique depuis ses débuts et l'ai vu évoluer en terme de personnel ces dernières années, je m'étais fait une raison concernant son style musical immuable (ou si peu) depuis quelques années. La folie des débuts est passée, ayant laissé la place à…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *