LAST TRAIN : The big picture

Ok, celui-ci est sorti en septembre dernier. Et alors ? J’étais passé à côté, l’ai découvert sur le tard, et j’ai déduit de son écoute attentive qu’il était hors de question que je le laisse vous échapper. Parce que d’une part, des disques de rock français convenables, il n’y en a pas bézef en ce moment. Et alors, des disques de cette qualité… On ne peut les compter. Ah, mais parlons clairement ; Last Train est bien un groupe de rock, et français de surcroît, mais pas du tout francophone. Son expression comme ses modèles lorgnent de l’autre côté de l’atlantique, ou au moins de la manche. Le plus souvent vers le bon gros rock alternatif, et plus si affinités : on est parfois pas si loin d’un stoner soft. Mais pas que. Les alsaciens savent jongler entre plusieurs ambiances mais ne perdent jamais de vue qu’ils sont avant tout un groupe de rock, en permanence le doigt sur la gâchette décibels avec l’attitude et l’esprit qui collent au genre. Alors même si quelques chansons plus pop émaillent la fin de l’album, la chanson-titre se charge de remettre les pendules à l’heure avec ses 10 minutes entre tempête et ciel venteux. Et au final, c’est galvanisé par cette énergie et cette faculté à proposer des titres immédiats et/ou percutants qu’on ressort de ce deuxième album de Last Train. Joli coup !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Quand on est trois jeunes frères anglais qui montent leur premier groupe, en pratiquant u style à cheval entre rock alternatif et punk rock, je pense qu’on est bien loin de s’imaginer que, quelques années plus tard, une pointure de la trempe de Johnny Marr puisse rejoindre les rangs de…
  • 10000
    C'est de Vancouver que nous vient Woolworm. Et comme beaucoup de formations ces derniers temps, il défend un rock indé très typé nineties. Quoi ? Vous en avez ras-le-bol ? Attendez un peu de vous être enfilé ce troisième album du combo. Si le groupe fait partie des plus suivis de ce…
  • 10000
    Quatre jeunes gens très énervés débarquent de leur Pays de Galles natal pour nous violenter les oreilles avec un rock alternatif toutes guitares dehors, et l’attitude punk dégainée. On ressent dès les premiers (très bons) titres de ce « Beauty of youth » la marque d’une génération de groupes qui ont digéré…
  • 10000
    Ponctuels, les irlandais. Deux ans après leur remarqué premier album très à l’aise dans la mouvance grunge alternatif nineties qui va bien, les revoilà sous la même configuration (power trio, et surtout, composition inchangée) pour un disque qui va avoir la dure tâche de confirmer le potentiel sans trop se…
  • 10000
    Sans rien savoir du groupe, « This is not the end » est typiquement le genre de skeud qui nous fait dire à partir de la fin du premier titre « putain, ils sont quand même forts en rock pour ado ces ricains ! ». Sauf que ces mecs sont norvégiens. Ah bon. Ben en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *