LAIBACH : the sound of music

Laibach a toujours été là où on ne l’attendait pas. Les slovènes ont également un amour immodéré pour la relecture (la perversion ?) de thèmes classiques, et sont connus pour leurs reprises décalées de pop songs. Si le titre « The sound of music » ne vous dit rien, ça n’est pas grave, je vais vous dévoiler le poteau rose. Ici, le collectif revisite la bande originale du film du même nom, datée de 1965 ! Bien entendu, la forme n’est pas la même, Laibach insufflant sa noirceur vénéneuse et son cynisme à l’ensemble. Et comme si le concept n’était pas déjà assez fumeux, sachez que ce nouvel album a été composé principalement pendant une tournée du groupe en Corée du Nord, où nos joyeux camarades ont pu confronter la réaction du public face à ces titres, ce qui apparemment a payé puisque ce disque est sous nos tympans. Ce qui explique également l’artwork, hum, particulier. Le côté martial des slovènes s’y conjugue avec des pop songs lumineuses et des thèmes outrageusement positifs. De l’extérieur, ça pourrait ressembler à du Depeche Mode. Il n’en est bien entendu rien. Laibach fait du Laibach. Flamboyant, original, révolutionnaire, inattendu, kitch et malsain à la fois. Un art dont on ne sait pas vraiment quoi penser, et qui interroge autant sur le fond que sur la forme. Et un disque qui appellera des écoutes successives et attentives pour déterminer si on l’adore ou si on l’accepte juste comme il est. Décidément, rien n’est jamais facile avec Laibach !

Site officiel

Paroles de l’album

Laibach : The sound of music

Related Posts

  • 10000
    Ok. Pour remettre les choses dans leur contexte, pour peu que ça ait une quelconque importance, Laibach est un groupe slovène au look proche de l'uniforme militaire, pratiquant une electro martiale et sombre, ayant fortement influencé Rammstein, pour la voix notamment. Le groupe a la particularité d'être assez controversé, certains…
  • 10000
    J’attendais le nouvel album des slovènes de Laibach comme le messie, encore tout émoustillé par la qualité intrinsèque de son prédécesseur « Jesus Christ Superstar » dont la teneur metal indus grandiloquent enrichi de chœurs et d’une ambiance apocalyptique m’avait fait oublier le passé plus électronique et expérimental du groupe…
  • 10000
    Est-ce que le metal a le monopole de l’agression sonore ? Certainement pas. Prenez Uniform : le duo se fait fort de conjuguer punk hardcore et rock industriel depuis 2013. Et chaque nouvel album est une nouvelle baffe dans la gueule. Trivial ? Non, honnête. Si j’osais, je comparerai ce « The long walk »…
  • 10000
    Certains musiciens se contentent de peaufiner les mêmes formules à l’infini, grattent les mêmes cordes, tapent sur les mêmes peaux usées, pour un résultat similaire à celui de leurs aînés ou presque. D’autres en revanchent choisissent de s’éloigner de cette ligne, juste d’un pas ou deux, et c’est suffisant pour…
  • 10000
    « Holographic violence » a un look de disque industrialo-goth des années 90. Cet aspect délicatement suranné est un pari risqué pour une pochette en 2015. Mais le groupe de Seattle s'en fout. Mieux, il assume. Car « Holographic violence » a effectivement des influences de cette faste période musicale. Quelque part entre gothic…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *