KLANGSTOF : The noise you make is silent

En 2016, le premier album de Klangstof, « Close eyes to exit », m’avait tout simplement subjugué. Et j’avais peur, à l’époque, que le prochain album des hollandais ne marque la chute brutale du style indie pop en état de grâce. Me voici aux portes de la révélation, et autant vous dire que je n’en mène pas large. Parce que, bon, j’ai beau faire le blasé, le mec qui a déjà avalé des kilomètres de galettes, le fait de voir ses espoirs déçus et piétinés sans ménagement ne me fait pas plus plaisir que le quidam découvrant que les textes de son tube préféré n’ont aucune véritable signification. Bref. Quatre ans pour accoucher d’un deuxième album, que faut-il en penser ? Que Klangstof a pris son temps pour bien faire les choses, ou que le manque d’inspiration l’a assailli, et que ce deuxième opus sera aussi laborieux à écouter qu’à composer ? Aïe. Avec tout ça, je n’ai toujours pas appuyer sur « play ». Un peu de courage, que diable. Allez. « Blank page » démarre. Klangstof a changé. L’electro pop indie est toujours ce qui sous-tend l’album, mais le groupe développe une nouvelle obsession pour le groove et les arrangements. Enfin, sous des formes compatibles avec sa mélancolie cool et bizarre. L’ensemble des onze titres de ce deuxième album est donc plus catchy, à sa façon. Bien sur, la plupart du temps, ça grève un peu l’émotion. Ou du moins, on la perçoit moins lors de la première écoute. Puis viennent la deuxième, la troisième, et la donne change, imperceptiblement. On retrouve la même magie sauvage, différemment mise en scène. Et ça finit par faire son chemin. Cet opus ne me fait pas le même effet que le premier, mais je le trouve toujours très bon. Testez vous aussi sa différence, et dites-moi ce que vous en pensez !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Un nom énigmatique, un titre qui vous parle, un artwork tout aussi lunaire, des fois ça suffit à avoir envie de découvrir un album. Allez, on se lance, et tant pis si le ramage ne correspond pas au plumage... Sauf que quand « Doolhof », superbe instrumental entre indie pop, electro et…
  • 10000
    Ma dernière rencontre avec Froth date de 2015 avec « Bleak ». J’y découvrai un rock alternatif « guitar-driven » qui naviguait entre plusieurs styles au gré de ses humeurs, baladant assez son auditeur pour qu’il ne puisse pas faire une réclamation pour ennui manifeste auprès des autorités concernées. Et puis, paf, comme le…
  • 10000
    De Stuck In The Sound, je garde un souvenir diffus. Celui d’un groupe frais, pop et rock, arrivé en trombe en 2009 avec un troisième album adopté vite fait bien fait grâce à une bonne poignée de titres pêchus et accrocheurs, voyageant dans plusieurs genres différents. « Billy believe »,…
  • 10000
    Le psychédélisme a le vent en poupe, et gulp semble bien parti pour surfer sur la vague. De là à les taxer d’opportunistes, il y a un pas que je ne franchirais pas, puisque le duo est formé notamment d’un Super Furry Animals, déjà reconnu pour ces atmosphères perchées. Bref,…
  • 10000
    Je n’ai pas été très sérieux avec Fragile Architecture ces derniers temps. Bien sûr, je vous ai parlé en 2015 de leur beau disque de 2009 « Sweet electric ». Mais depuis, j’ai fait l’impasse. Pas faute d’intérêt, mais faute d’attention. Pas cool hein ? Alors aujourd’hui, avec la sortie de ce quatrième…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *