KAS:ST : Road to nowhere

Les avis divergent sur les français de KAS:ST. On me les présente comme incontournables, ailleurs je lis qu’ils vont finir par percer. Moi, je ne les connaissais pas y’a cinq minutes. Mais bon, on s’en fout. Le duo pratique une techno assez pure ; très rythmique, frénétique, et assez sombre. Enfin, par « pure », je ne veux pas dire basique ; les influences ici sont nombreuses et variées. Très cinématographiques, mais aussi marqués par le big beat, l’ambiant, l’electronica et la drum n’ bass, voir plein d’autres trucs, En tout cas, cette route a beau ne mener nulle part, on est très vite embarqués, et il est passionnant de l’arpenter avec le duo. Ce qui est d’autant plus appréciable et impressionnant que ce disque a été bâti non comme un tout mais petit à petit, les titres ayant été composés et sorti de mois en mois pendant un an puis compilés pour former « Road to nowhere ». Bien sûr, tout a été pensé pour trouver une cohérence, une articulation entre tous les morceaux. Mais y parvenir n’est pas chose aisée, et le fait que cet opus arrive à capter notre attention et nous transporter malgré ses titres disparates est un exploit. Alors la question qui vient maintenant c’est ; est-ce que la pub tapageuse au-dessus est justifiée ? Oh que oui. Ce disque impressionne, et même si chaque titre en évoque d’autres, on ne se lasse pas de les (re)découvrir, de vibrer à leur écoute. KAS:ST a avoué souhaiter aller encore plus loin à l’avenir dans l’expérimentation, et on ne peut que s’en réjouir tant il parvient à marier les sonorités avec bonheur. Y’a vraiment des gens qui réussissent tout ce qu’ils touchent.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    La scène électro est riche, et de plus en plus, de formations ou d'artistes qui utilisent le très large éventail de ses sonorités pour l'amener ailleurs, revisitent le genre au travers du prisme de leur culture pop, ou autre. On ne fait plus de l'électro pour faire de l'électro, on…
  • 10000
    La preuve que Bristol n’accouche pas en rayon electro que de formations au spleen contagieux, la voilà. Throwing Snow fait, lui,dans l’electro turbulente et obsédante. « Simmer »,qui ouvre le bal, a quelque chose de trance dans l’adn. Sa ligne mélodique minimaliste vous restera longtemps en tête, même si ça n’est pas…
  • 10000
    « Drum therapy », en 2012, avait marqué quelques esprits, dont le mien, avec son trip-hop nébuleux teinté de world music, respectant les codes du genre tout en allant chercher plus loin pour nourrir le genre. Quatre ans plus tard, le canadien remet le couvert. Pourquoi une telle attente ? Apparemment, un besoin…
  • 10000
    Découvert un peu par hasard (et sur le tard) avec "Into the great wide yonder", son deuxième album, le danois Anders Trentemøller m'avait impressionné par sa capacité à marier musique électronique et musique cinématographique, y incluant à l'occasion des petits morceaux d'une culture rock non feinte. Autant dire que ce…
  • 10000
    SBTRKT (prononcez "Subtrakt"), c'est un dj anglais, nouvelle coqueluche du dubstep. Le dubstep, très à la mode, est une sorte de croisement entre le garage, l'electro, la drum n' bass et le trip hop. Un genre aux contours flous, caractérisés par l'importance de l'énergie des basses, des rythmes, mais qui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *