JULIEN PRAS : Wintershed

Depuis quelques années, Calc s’est effacé au profit d’une carrière solo pour Julien Pras. Mais quelle que soit l’identité que celui-ci décide d’arborer, on le reconnaît à sa voix légèrement nasillarde, blanche, à son penchant pour les titres mélancoliques, voir franchement déprimants, à son écriture indie pop toujours concise et sensible. Que certains lui reprochent de tourner toujours autour d’un Elliott Smith, de ressasser les mêmes thèmes et mélodies, c’est un reproche que je peux entendre et comprendre. Mais quelque chose chez lui pousse à retenter l’expérience dès qu’une nouvelle occasion se présente. Il faut dire que si l’homme est parfois fidèle à cette (mauvaise) réputation, il est aussi capable d’écrire de véritables pépites pop. « Wintershed », troisième album solo, ne me fera pas mentir. Ses aller-retours incessants entre splendeur et décadence sont typiques d’un disque du bonhomme, et ses fans y retrouveront avec bonheur tout ce qui a fait le charme et le succès d’estime des précédents. Les non-initiés pourront, eux, y découvrir un artiste rare sinon unique dans l’hexagone, porteur d’une identité certes marquée par ses influences mais suffisamment travaillée pour se démarquer grâce à ses mélodies vocales, ses tournures mélodiques surprenantes et son atmosphère amère et rêveuse. Effectivement assez hivernal, « Wintershed » ne protège pas du froid, mais semble le couver pour le garder intact plus longtemps. Qu’il y parvienne ou pas, c’est uniquement de votre ressort maintenant !

Site officiel

Julien Pras : Horses in disguise

Related Posts

  • 10000
    Les bordelais de Calc et leur pop douce et mélancolique se font connaître en 2005 avec la sortie de ce troisième album. Trop souvent comparée à celle d'Elliott Smith, la musique de Julien Pras présente certes quelques ressemblances avec celle du regretté et génial songwriter, et sa voix également, mais…
  • 10000
    Elliott Smith, c'est un peu l'archétype du poète maudit. Drogue, alcool, mal-être, dépression chronique, refus du show-business, inadabtabilité à la société moderne, mort prématurée et tragique ; tout correspond au cahier de charges. Ah, oui, il faut bien entendu y ajouter un talent insolent pour écrire des bijoux pop, sensibles et…
  • 10000
    Elliott Smith nous a quitté depuis quatre ans maintenant, et on en finit plus d'exhumer son cadavre et de l'agiter comme une marionnette pour glaner quelques dollars de plus. Ainsi nous donne-t-on ce "New Moon" en pâture, double-cd bourré d'inédits et de titres rares. Soit 24 titres qui nous replongent…
  • 10000
    Avec le nom rigolo de son géniteur, sa pochette anti-commerciale et son titre décalé, « Masterpiece » a tout de l'archétype du disque indie rock ricain. Et c'est effectivement ce qu'il est. Mais là où je m'attendais à un énième adorateur du dieu nineties, guitares braillardes et chant détaché en bandoulière, ne…
  • 10000
    L'année dernière, je vous avais présenté ce canadien oeuvrant dans ce qu'il est convenu d'appeler tout simplement la pop. Alors oui, j'avais vu venir un disque de la trempe de « The party », bourré de chansons aux mélodies extrêmement classiques mais d'une classe beatlesienne. On se situe bien toujours en pleine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *