JORIS VOORN : Four

En 2014, je décrivais la musique de Joris Voorn comme un compromis « entre electronica douce et trip hop automnal », et je vous conseillais grandement son disque. Et bien, il semblerait que l’histoire se répète. « Four », qui, si le bonhomme n’a pas le syndrome « Brice de Nice », doit être le quatrième album du monsieur (désolé pour les non-anglophones qui pensaient voir ici le premier sponsoring electro-ménager en musique), suit exactement les traces de « Nobody knows ». Magnifique de bout en bout, il tisse des ponts entre sonorités dancefloors et ambiances chillhouse / downtempo de fin de soirée. Encore une fois, c’est une expérience plus solitaire qu’à partager, mais c’est peut-être un peu moins le cas ici que sur le disque précédent. Plus house, le disque se partage entre titres introspectifs et rêveur et autres plus rythmés, sans toutefois allez jusqu’à nous arracher un mouvement de jambe. Quelques featurings émaillent l’album, parmi lesquels je retiendrais particulièrement celui d’Underworld sur « Too little too late » qui donne une coloration Depeche Mode très agréable au titre, ou le « Messiah » avec Haelos. Mais rassurez-vous, notre hollandais volant n’a toujours pas besoin d’atèle pour marcher, et l’ensemble de ses titres fonctionne très bien. « Four » est une autre réussite du bonhomme, rien de plus, rien de moins !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Oui, il existe vraiment ce disque. Non, je ne cherche pas à chroniquer que des trucs indés et confidentiels. Voici pour ceux qui, en découvrant cette chronique, se sont dit ; « vin dé non, mais ch'est qui incor ch'tilal ? » ou « diantre, mais où a-t-il encore déniché un tel artiste ? » en langage…
  • 10000
    Goldie est une légende de la musique électronique, ça ne fait pas un pli. Mais il faut bien reconnaître que le bonhomme, s’il aime les défis et l’expérimentation sonore, ne se soucie pas souvent du caractère écoutable de ses œuvres. Eh bien, ravalez votre salive, vils crapauds, parce qu’ici, on…
  • 10000
    Berlin a toujours été une ville « porteuse » pour la musique électronique. Mais à l’écoute de ce premier album de ce duo mixte, on l’aurait plutôt situé près de la tamise que du palais du Reichstag. En effet, « One step » développe un trip-hop brumeux, soyeux et mélancolique. La voix douce et…
  • 10000
    Je ne connaissais pas l’islandais Hogni avant ce « Two trains ». C’est du moins ce que je pensais. En fait, ce monsieur officiait auparavant dans Hjaltalin, groupe de rock indé du cru. Mais ça n’est pas là que je l’ai croisé. Et dans GusGus. Et là, c’est mieux. Bref, GusGus n’étant…
  • 10000
    Je n'avais jamais entendu parler du danois Trentemøller, qui a pourtant apparemment déjà édité un chef d'œuvre du nom de « The Last Resort » en 2006. Je me rattraperai donc avec ce 2e opus à la pochette inquiétante et intrigante. « The Mash And The Fury » pointe son nez, et me fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *