JOEY CAPE : Let me know when you give up

Il y a quelques années, on m’envoyait « Bridge », un des (nombreux) albums solo de Joey Cape. Connaissant les accointances du punk rock avec la pop, je n’appréhendais pas trop de me lancer à la découverte de cet album acoustique, mais je n’en attendais pas non plus des merveilles. Pourtant, j’y découvrais vite une pépite (« No little pill ») et une bonne poignée de chansons pop folk très agréables. Pas assez pour me tenir au courant de la valse des sorties du côté du musicien, c’est vrai. Mais je conserve l’image d’un disque qui, s’il s’appuie sur un songwriting éprouvé et assez classique, demeure un très bon souvenir, et me replonger dans son style simple mais touchant est un vrai bonheur. Car le bonhomme était loin d’avoir tout dit, et s’est même amélioré avec les années, son écriture s’est affinée, et il fait cohabiter l’acoustique à des influences plus rock et proche de son quotidien de punk sans qu’on y trouve à redire. Bien au contraire même. Bon, ceci dit, soyons honnêtes ; ce nouvel album souffre d’un ou deux temps morts (« The love of my life » pour moi). Mais le reste est un régal. Joey Cape va droit à l’essentiel, ne cherche pas à jeter de la poudre aux yeux avec du style ou une production clinquante, et touche sa cible neuf fois sur dix. Bravo.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 70
    Oui, Sumie est un drôle de pseudo pour une artiste. Mais faites bien pas les malins, mes gens, parce que son nom véritable, à la dame, c’est Sandra Sumie Nagano, et c’est quand même moins aisé à retenir. Et puis d’abord, Sandra, c’était déjà pris par une chanteuse allemande à…
    Tags: d, on, a, c, l, plus, quelques, chansons, qu, n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *