JILL TRACY : Diabolical streak

S’extirper du quotidien, du rythme incessant des sorties, et replonger dans ma discothèque personnelle pour partager des pépites inconnues, c’est une des missions que je m’étais assignées à la création d’Adopte Un Disque. Et j’avoue qu’elle n’est qu’en partie remplie, puisque je suis un boulimique invétéré de nouveautés. Mais une fois de temps en temps, c’est avec plaisir que je refais connaissance avec un disque qui a su me charmer. Aujourd’hui, je vous présente donc Jill Tracy, artiste américaine oeuvrant dans un genre nommé neo-cabaret. Autant dire qu’on se situe ici dans une niche de niche, quelque part entre entre la pop baroque, le dark jazz et la country gothique. Piano, voix et cordes se partagent la vedette. c’est peu mais c’est largement assez pour installer une ambiance unique, noire et décadente. C’est la plusieurs fois récompensée « Evil night together » qui entame la marche (funèbre), mais l’ordre ne revêt ici que peu d’importance ; chaque titre est bon. « Diabolical streak » aurait très bien pu constituer la bande son de la série Twin Peaks, ou celle d’un film noir mêlant empoisonnement, trahison et meurtre crapuleux. Jill Tracy est un peu une Tori Amos née du mauvais côté de la barrière ; celle qui sépare les chanteuses pop un peu déjantées des amantes de la nuit s’abreuvant d’histoires macabres. Pour la première fois sur ce disque accompagnée de son Malcontent Orchestra, elle signe une œuvre homogène, belle et vénéneuse, à l’élégance inspirée des années 30 imparable. Bref, une curiosité à découvrir !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *