JESSICA 93 : Guilty species

En 2014, « Rise » avait été un electrochoc. Une sorte de « Pornography » underground à la française, étouffant, froid, lourd et sombre. Il a aussi été une rampe de lancement pour le one-man band, qui a vu de toutes parts les spots se braquer vers lui, lui qui était habitué à la lumière blafarde des néons. Autant dire que le destin de Jessica 93 en a certainement été changé aussi. On a pas beaucoup à attendre pour s’en rendre compte : Jessica 93 est maintenant un groupe à part entière, et le son de ce « Guilty species » a également subi une certaine mutation. Moins opaque, il laisse un peu plus respirer les mélodies. Les instruments sont également un peu plus intelligibles (même si une vraie batterie ne ferait définitivement pas de mal), le chant libéré, et les influences nineties ressortent encore plus. Bref, on a tout le long de cet album une impression de changement dans la continuité. On a beau se dire que c’est dans l’ordre des choses, quelque chose nous fait un peu regretter le côté artisanal de « Rise », son authenticité crayeuse. Mais on y retrouve quand même la même conviction, le côté obsédant des riffs, la basse impériale. Alors oui, l’effet de surprise est passé, mais il est impossible si on a aimé « Rise » de passer à côté de « Guilty species » sans lui réserver au moins un bon accueil. Écoutez-le, réécoutez-le, vous serez vite sous le charme. Belle performance !

Paroles de l’album

Site officiel

Jessica 93 : R.I.P. in peace

Related Posts

  • 10000
    Moi, un truc qui est décrit comme le « Pornography » de The Cure réactualisé et joué par un français avec un esprit grunge, je n'y peux rien, ça m'excite. Heureusement, parce que cette pochette mi-jacky mi-ringarde n'incite pas forcément le quidam à pousser sa curiosité plus loin. Et pourtant, ces sept…
  • 10000
    J'ai lu beaucoup de choses sur le duo australien White Hex. Beaucoup de choses qui, maintenant que je me farcis leur deuxième album "Gold Nights", me font douter sur ma capacité d'analyse, entrevoir de plus grandes lacunes que je ne le pensais. Car, enfin, pour moi, ces huit titres donnent…
  • 10000
    Le renouveau pour Cure ? « L’album ultime », celui dont Robert Smith est si fier, arrive enfin entre mes oreilles attentives et impatientes. Car, même sans être un die hard fan de la formation, je lui reconnais(sais ? ) un talent indéniable pour composer des chansons accrocheuses et mélancoliques.…
  • 10000
    Nouvelle émanation de la renaissance post-punk / cold wave, Cold Showers revient avec un deuxième album qui ressemble plus à un ep, du haut de ses maigrelets 8 titres et 29 minutes. « She hangs on » entame la marche, introduisant petit à petit tous les ingrédients (attendus) du genre ; nappes de…
  • 10000
    Eagulls est anglais et s'est apparemment nourri de cold wave. Je n'ai pas eu l'occasion de découvrir leur premier album, mais dès les premières mesures de la superbe « Heads or trails », je suis transporté. Et vous qui avez aimé le désespoir glacé de The Cure seriez bien avisés d'y prêter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *