JAY JAY JOHANSON : Kings cross

Je suis un fan fidèle de Jay-Jay Johanson. Il faut dire que si le suédois a déjà opéré des choix plus que discutables au niveau look (remember 2002 et la pochette d’ « Antenna »?), il ne m’a jamais vraiment déçu au niveau musical. Alors chacun de ses albums est un passage obligé. Et une nouvelle occasion de me pâmer devant la maîtrise vocale, la classe et l’inventivité du bonhomme. Alors quand le groove tranquille et feutré de « Not time yet » m’accueille un baileys frais et sirupeux à la main, c’est avec plaisir que je replonge. Bon, mon enthousiasme est un peu refroidi par la jazzy mais trop poppy pour moi « Heard somebody whistle », mais pas assez pour m’arrêter en chemin. « Smoke » est aussi accompagné d’une instrumentation acoustique jazz du meilleur effet. « Lost forever » se fait plus luxuriante et cinématographique. Le reste du disque se situe quelque part entre ces deux ambiances. Le point commun entre les deux ? Tous les titres sont magnifiques et portés par une mélancolie tranquille et une voix magique. j’aimerais pouvoir vous parler de surprise à propos de ce nouvel album. Quoique. En fait, je savais d’avance ce que j’allais y trouver et ça me va très bien. Certains titres sont meilleurs que d’autres (comme d’habitude et de façon très logique), mais la totalité reste délicieuse, et traversée par un duo avec Jeanne Added et un (autre) avec Robin Guthrie, Une autre belle réussite d’un artiste au talent apparemment inextinguible !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 70
    Et voilà, j'ai raté un épisode. Je suis complètement passé à côté de « Cockroach », le précédent disque du crooner suédois. Pourtant, j'ai toujours aimé Jay-Jay Johanson. Alors là, pas question de réserver le même sort à ce dixième album. Tout commence par une « Drowsy / Too young to say good…
    Tags: jay-jay, johanson, plus, disque, pop, jay, trip, hop, jazz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *