JASON ISBELL AND THE 400 UNIT : Reunions

Jason Isbell est « un autre » de ces purs produits musicaux américains. Né d’une famille, hum, compliquée dirai-je, il a grandi en écoutant de la country et du bon rock élevé au grain, a appris la musique en famille et a frotté son inexpérience très tôt sur les routes des Etats-Unis en compagnie des Drive-by Truckers ou en solo, de rade en rade, divertissant les routiers et les honnêtes travailleurs. Bon, présenté comme ça, c’est loin d’être sexy. Mais voilà, tout ça est diablement formateur, et le résultat, on l’a sous le pavillon. Dès l’ouverture, « What’ve I done to help » impressionne : avec trois fois rien, Jason Isbell nous sort de son chapeau un titre non seulement efficace mais charriant une belle dose d’émotion. La plus classique « Dreamsicle » passée, on retrouve cette faculté à faire naître l’émoi avec une « Only children » plus folk rock mais magnifique. Plus rock, « Overseas » navigue pourtant les les mêmes flots. L’ensemble de l’album suit le même chemin ; une voie médiane entre folk, country, rock, blues et americana, un style qui n’a rien ou pas grand-chose d’original mais dont on ne se lasse pas. Cette authenticité chevillée au corps force le respect et fait sonner « Reunions » comme une pépite retrouvée après des années planquée sous une pile de vinyles, car même si le son n’est en rien daté, le modus operandi tient plus de l’héritage. Mais y’a pas à dire, c’est vraiment un bel héritage.

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    En 2012, Trapper me faisait passer un bon moment folk pop country rock avec son troisième album, gentiment envoyé par un label. Pas la rencontre d’une vie, mais j’en ai gardé un souvenir assez bon pour que cette sortie soit passée dans ma liste d’écoute. Et vous savez quoi ? On…
  • 10000
    La country est l’une des mamelles de la musique américaine. Alors quand des musiciens reconnus décident de jouer à « back to the roots », on est pas étonnés qu’ils en prennent le chemin, quel que soit leur genre de prédilection. Greg Graffin, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, est le…
  • 10000
    Dans le petit monde de l'americana pur jus, le nom de Slim Cessna fait office de saint, sinon de guide spirituel. Il faut dire qu'il traîne son stetson depuis pas mal d'années dans le milieu, accompagné/suivi par son compère Jay Munly et quelques autres gravitant autour d'eux (dont un certain…
  • 10000
    Bon, autant vous prévenir tout de suite. « Axis Mundi », c'est l'histoire d'une tragédie. Celle de son auteur, David Lamb, atteint d'une leucémie incurable lors de sa conception, et depuis décédé. On comprendra alors que ce disque ne respire pas forcément la joie et évoque plus le crépuscule que les parties…
  • 10000
    On savait Jack White fortement influencé par la musique de ses parents. Influences qu'on avait déjà largement vu transparaître autant sur son album solo précédent que chez les Raconteurs, les Dead Weather ou même au travers de l'album en compagnie de sa dulcinée Karen Elson. Et bien ce "Lazaretto" semble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *