JAMES RIGHTON : The performer

J’ai une drôle de relation avec les Klaxons. J’ai adoré les deux premiers albums, et puis le groupe a pris un tournant que je n’ai pas compris ni partagé, donc. Alors le mail m’annonçant que l’un des membres s’échappait en solo m’a laissé perplexe : comment la prolongation de ce qui a été fait avant pourrait-il me plaire ? Alors pourquoi j’ai lancé l’écoute ? Comme ça, pour voir. Qu’est-ce que j’avais à perdre de toutes façons ? Pas grand-chose. Et quand la chanson-titre débute, je n’en reviens pas. Le titre n’a rien à voir avec les Klaxons. Très anglais, très pop, groovy, impeccable, on comprend vite pourquoi il s’est retrouvé propulsé emblème du disque. « Edie » se montre plus léger, « See the monster » est carrément plus aventureux, entre indie pop et légères influences psyché / prog. « Devil is loose »développe également, en parallèle d’une apparente simplicité et d’un groove certain, une étrangeté propre. Suit un court instrumental, et puis c’est reparti pour un titre pop plus classique (« Start »). Et puis arrive une pépite indie pop, « Are you with me ? ». Enfin, on termine par deux ballades, « Heavy heart » et « Lessons in dreamland, Pt.2 ». Alors bilan ? Compliqué. Parce que je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai trouvé ici. Parce que le contenu de « The performer » est loin d’être désagréable, mais pas transcendant non plus. Et pourtant, on y revient facilement, notamment grâce aux deux titres tubesques déjà cités. On va dire mitigé + donc !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Très franchement, je pensais voir Palehound revenir plus tôt, en 2018 même, avec un troisième album en forme de consécration de son écriture indie pop rock sous le bras. Il faut dire que « A place I’ll always go » affichait une petite demi-heure au compteur. Mais non, Ellen Kempner a tout…
  • 10000
    Je n'avais pas encore croisé l'indie folk rock des canadiens de Half Moon Run. A vrai dire, je n'en avais d'ailleurs pas entendu parler non plus. Dommage. Parce qu'à 'écoute de ce nouvel album, je pense que j'ai raté quelque chose de sympa. « A blemish in the great light » est…
  • 10000
    Lorsque « Sex & mayhem », premier titre de ce deuxième et excellent album des australiens, débute, on a aucun mal à croire que les jeunes gens sont influencés par Nick Cave et les Tindersticks. La voix grave de Conrad Standish nous guide au travers d’une pop song aux accents tragiques et…
  • 10000
    Elle a pris de la confiance, Marika Hackman. Son deuxième album “I’m not your man” avait pour moi été une excellente surprise ; j’y découvrai une artiste audacieuse et réfléchie, impossible à confondre avec une autre. Et là, elle me cueille encore une fois, d’entrée de jeu, avec la superbe…
  • 10000
    Aujourd'hui on va parler d'indie pop. Penelope Isles est une petite entreprise familiale (ou presque) de Brighton, Royaume-Uni, qui pratique le genre depuis peu mais fait déjà parler d'elle. Pourquoi ? Pour sa propension à conjuguer la pop, la folk et une certaine forme de rock, amener là-dedans une bonne dose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *