J MASCIS : Elastic days

Le mec a beau avoir l’air d’un croisement entre le cousin machin et une sorcière tchèque, et donner l’impression de n’en avoir rien à foutre de rien, J Mascis est d’une régularité chirurgicale dans ses sorties, et d’un sérieux clérical dans sa volonté de composer des chansons indie rock parfaites. Et le bonhomme de s’améliorer de disque en disque. « Elastic days » est le, pfff, allez on ne compte plus, ça n’a pas grande importance. A chaque album, en reprenant presque la même formule (gagnante depuis tant d’années, pourquoi changer ?), il continue d’avancer à son rythme, stakhanoviste d’un genre dont il est l’unique et fier représentant. Parce que, oui, on peut trouver des albums qui vont ressembler à du Jay Mascis ou du Dinosaur Jr (la différence entre les deux formes étant plus que subtile), mais jamais ils ne se hisseront à leur niveau. La musique de l’hurluberlu est à la fois folk, pop, grungy, rock, personnelle, belle et classique. Jay émaille encore ses titres, à dominante acoustique, de soli comme ils les maîtrise depuis une bonne trentaine d’années. Alors je pourrais vous évoquer la présence d’un piano sur tel titre, vous parler du côté plus poppy encore de tel autre, vous vanter les mérites de « Cut stranger » ou de quelques autres, mais je ne le ferai pas. Je vous encourage par contre à vous délecter de l’ensemble de ce disque pour lequel J Mascis a encore donné le meilleur de lui-même. Et puis quoi, c’est pareil que dans le passé ? On s’en fiche !

Site officiel

Paroles de l’album

J Mascis : Elastic days

Related Posts

  • 10000
    Entre deux albums de Dinosaur Jr et des participations diverses (on retiendra en particulier sa présence sur le dernier Strand Of Oaks, chroniqué ici), Jay Mascis continue à écrire des chansons, trop apaisées et intimistes pour paraître autrement que sous son nom. Ces petits têtes à têtes pop folk, toujours…
  • 10000
    Dinosaur Jr réveillé pour de bon (et en grande forme), le père Mascis peut envisager les choses de manière plus sereine. Serein, c'est le qualificatif qui sied le mieux à ce quatrième album solo du bonhomme. Entre pop et folk, ne s'interdisant pas (bien au contraire) quelques cordes bien senties,…
  • 10000
    Les trois tontons du rock alternatif ricain, pères fondateurs du grunge, reviennent un peu plus tard que prévu avec un onzième album qui, sans surprise, s'inscrit en droite lignée du précédent. Sauf que. S'il marche dans les mêmes pas que ses prédécesseurs, « Give a glimpse of what yer not » s'avère…
  • 10000
    "Beyond" ? "From Beyond" presque hein, on ne l'attendait plus cette reformation. On ne l'espérait même plus pour être honnête, tant les albums solo du dinosaure junior en chef Jay Mascis étaient pâlots en comparaison avec des albums de la trempe d'un "Where You Been" ou d'un "Green Mind". Alors…
  • 10000
    Revenu en grande forme avec un « Beyond » parfait de bout en bout, le Dinosaure en chef Jay Mascis revient pile poil deux ans plus tard en remettre une couche, toujours accompagné de Lou Barlow. Que les fans se rassurent, ce « Farm » au chouette artwork est tout aussi bon que le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *