INTERPOL : Marauder

Après un passage à vide, « El pintor », sorti en 2014 (quand même…) marquait le retour d’un Interpol plus en phase avec ce qu’il proposait à ses débuts, à savoir un rock énergique mais sombre et vénéneux. Quatre ans plus tard, est-ce que le groupe est toujours dans les mêmes dispositions ou a-t-il encore changé d’avis ? Il faut dire que la collaboration de Paul Banks avec RZA à l’occasion d’un album plutôt récréatif et réussi avait de quoi faire planer un doute sur la suite de la carrière des new yorkais. Bref, les revoilà en forme et prêts à bouffer du bitume. La voix de Banks est moins grandiloquente mais garde une certaine emphase, les guitares se font plus incisives, les rythmiques plus variées et pop. Sans pour autant paraître déplacées ou montrer une quelconque inclinaison à la radiophonie ou presque (un « Mountain child » ou un « It probably matters » pourraient quand même avoir de la gueule sur les ondes). A vrai dire, on pénètre ce nouveau disque sans en attendre grand-chose, et au fur et à mesure de son écoute, un changement imperceptible s’opère en nous : on passe d’une écoute polie mais peu captivée à autre chose. On ne peut pas dire, une fois l’heure du bilan arrivée, qu’on soit totalement convaincus, mais il y a ici quelque chose, une étincelle, qui fait que l’on sait qu’on le réécoutera en redoublant d’attention. Et peu à peu, insidieusement, les chansons de « Marauder » font leur chemin. Pas aussi bonnes que d’autres auparavant, ok. Un peu branlantes parfois : on croirait que l’expression « mi figue mi raisin » a été inventée pour elles. Mais elles sont là, stoïques, et on ne sait si on les aime parce qu’elles sont vraiment bonnes ou juste parce qu’on veut y croire à nouveau, mais une chose est sûre, ça marche. Une fois de plus. Un retour aussi plaisant qu’inespéré !

Site officiel

Paroles de l’album

Interpol : If you really love nothing

Related Posts

  • 80
    On va commencer par expliquer ce qui se cache derrière ce curieux nom de groupe. 485C c’est le code pantone de la teinte rouge qui apparaît sur la pochette de ce premier album des anglais, sorti après de multiples cartes de visite sous la forme de singles « Hoppy », « Strange medecine »,…
    Tags: on, d, a, post, punk, l, qu, rock, indie, indépendant
  • 80
    Avec Shopping, on sait où on va. Et si jamais on ne le sait pas avant de pousser la porte de « The official body », troisième opus du trio anglais, on le comprend bien vite. Une basse qui groove, une guitare qui sautille, une voix déclamatoire, des titres courts et terriblement…
    Tags: on, d, l, dire, rock, indie, post, punk, indépendant
  • 75
    Jeune groupe anglais formé par tout sauf des anglais, Fews a bien vite été signé par Pias et sort aujourd'hui son premier album de post punk. Un beau début de carrière qui laisse envisager certaines qualités. Et lorsque « I.D. » démarre, j'y vois certes un titre très classique dans le son…
    Tags: punk, on, post, plus, a, rock, indépendant, indie
  • 75
    De jeunes anglais avec des têtes à claques dont le nom circule sur et sous le manteau depuis des mois, un premier album déjà connu comme le loup blanc alors qu’il n’est même pas encore sorti, mais on va où là ? Dans le mur, histoire de se réveiller et de…
    Tags: on, rock, l, plus, punk, d, post, indie, dire, qu
  • 75
    On m’a vendu Filago comme un groupe post punk. Bon, je ne vais pas appeler Julien Courbet, mais quand même, il y a un peu de l’abus. Car s’il est vaguement question de ça ici, inutile de se préparer au grand concours du titre le plus martial au monde, de…
    Tags: d, plus, indie, on, a, rock, l, post, punk, indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *