HOSHI : Il suffit d’y croire

C’est plus que rare que je laisse sa chance à un disque de « variété française ». Mais parfois, sur la foi d’un single bien balancé, je me laisse tenter. Souvent, ça s’arrête là ; j’accroche à un ou deux titres, merci bonsoir, sans rancune. Mais parfois, quelque chose se passe, et me fait regretter de ne pas m’y être intéressé avant. C’est le cas pour « Il suffit d’y croire ». Et je suis d’autant plus gêné qu’on m’en a proposé l’écoute avant sa sortie, ce que j’ai décliné sans même un regard en arrière. Et sans même une réponse d’ailleurs, faute de temps et d’intérêt. Et puis hop, l’occasion s’est présentée, une écoute vite fait dans la voiture, et je me rends compte que je suis passé à côté de quelque chose. Attention, je ne suis pas en train de vous dire que je valide à 100 %, que ce disque ne quitte plus ma platine. Mais Hoshi n’est certainement pas à mettre dans le même panier que certains artistes-kleenex. D’abord parce qu’il y a du texte, ici. Un peu maladroit parfois, mais toujours sincère, touchant et travaillé. De la personnalité, aussi. Oh, bien sûr, Hoshi évoque quasi-immédiatement Stromae dans ses intonations et certaines architectures. Mais bon, ça aurait pu être pire ! Et il y a cette voix, aussi. Elle est spéciale, c’est sûr. Irritante, parfois. On se demande souvent si c’est naturel ou si c’est pour le style. Et enfin, le disque est baigné dans une ambiance mélancolique, un spleen un peu téléphoné. Non, mais il se fout de nous le mec ? Nooon. Parce que malgré tout ça, je le trouve bon, ce disque. Il y a « Ta marinière », imparable single. Mais un « Manège à trois », une «Femme à la mer », un « Après coups », un « Il suffit d’y croire » me font un certain effet aussi. Et le reste ? Eh bien, ça passe plutôt bien. Ok, ça reste un premier disque, et l’écriture de la jeune femme est perfectible, mais on tient quand même une bonne candidate au mariage pop – chanson. A suivre !

Paroles de l’album

Site officiel

Hoshii : Ta marinière

Hoshi : Comment je vais faire

Hashi : Famme à la mer

Related Posts

  • 10000
    « Roses » avait chez moi suscité beaucoup d’espoirs. Après une première rencontre mitigée, la mutine Coeur de Pirate plongeait sa chanson pop dans un bain mélancolique et cinématographique qui transfigurait sa musique. Album d’une transition (non, je n’emploierai pas le terme « maturité »), il perdait peut-être en fraîcheur ce qu’il gagnait en…
  • 10000
    De la chanson pop francophone, je ne connais pas grand-chose. Tout simplement parce que la plupart du temps, ça ne m’intéresse guère. Trop léger, trop typé chanson, un peu trop gnan-gnan, c'est un genre de magiciens ; ses acteurs me font perdre toute motivation à continuer l'écoute. Mais, oui, quand on…
  • 10000
    Jil Is Lucky, pour moi, ça restait l'emblématique (et très réussi) « The wanderer », fulgurance pop folk en forme de tube imparable. J'étais donc à cent lieues, en recevant ce troisième album, de m'imaginer le virage décisif que celui-ci prendrait. Car de pop folk, il n'en est plus du tout question…
  • 10000
    Je goûte très peu de chanson française. Ou plus exactement, je suis très sélectif. Gourmet ? Non. Toujours est-il que trouver un album qui me plaise dans ce genre relève de l'exploit. Pourtant, certains y parviennent. Pour cela, il leur faut user de stratagèmes retors ; détourner les codes de la chanson,…
  • 10000
    Le rock français, ça n'a jamais été ma came. Alors ce deuxième album d'un groupe français au nom rappelant un tube tiédasse de Christophe ne m'inspire pas des masses. Mais bon, si on m'a envoyé ce disque, c'est bien qu'on a pensé que ça pourrait me provoquer autre chose que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *