HOGNI : Two trains

Je ne connaissais pas l’islandais Hogni avant ce « Two trains ». C’est du moins ce que je pensais. En fait, ce monsieur officiait auparavant dans Hjaltalin, groupe de rock indé du cru. Mais ça n’est pas là que je l’ai croisé. Et dans GusGus. Et là, c’est mieux. Bref, GusGus n’étant pas de toute première jeunesse, ça nous informe juste sur la relativement longue expérience du bonhomme, notamment en matière de musique électronique « ouverte ». Voici un fait aisément vérifiable, et ce dès l’entame de ce premier album solo. « Andaou », titre choral plus souvent croisable dans une bande originale de film que sur un disque solo, prend l’auditeur au dépourvu. « Shed your skin » marie lui une orchestration grandiose avec la voix fluette de Hogni et une electro délicate. Impossible de ne pas être impressionné par une telle démonstration de souplesse. C’est ce grand écart permanent entre grande musique, influences world et médiévales, electro et trip-hop qui caractérise ce disque pour le moins surprenant. Il faudra une bonne dose de patience et de compréhension pour arriver à digérer une œuvre si originale et hum, particulière. Car oui, « Two trains » a beau être d’une époustouflante audace, certains de ses choix esthétiques, en particulier côté électro, sont difficilement défendables tant ils brisent l’harmonie ambiante. Pourtant, ceci ne peut être que volontaire, et on ne pourra donc que louer une telle volonté d’innover en prenant l’auditeur (à moitié) à rebrousse-poil. Voici donc un disque qui vous changera du quotidien, et de ceux qui accélèrent les mutations musicales : à tester !

Site officiel

Paroles de l’album

Högni : Komdu meo

Related Posts

  • 10000
    Les hurluberlus de Matmos nous viennent de Californie et mixent allègrement musique électronique et médiévale. Mais attention, on est pas chez Era ici, « The Civil War » est plutôt un sacré bordel, et pas toujours du meilleur goût. En fait, l’album s’adresse plus aux fans d’électronica triturée qu’à ceux…
  • 10000
    L'Allemagne, pour ceux qui ne le savent pas encore, est la mère patrie de la musique médiévale et néo-médiévale. Incroyable, le nombre de combos issus de cette branche musicale qui jouent des coudes pour gagner l'affection de fans pas si nombreux. Aujourd'hui, nous allons nous pencher sur le cas de…
  • 10000
    « Drum therapy », en 2012, avait marqué quelques esprits, dont le mien, avec son trip-hop nébuleux teinté de world music, respectant les codes du genre tout en allant chercher plus loin pour nourrir le genre. Quatre ans plus tard, le canadien remet le couvert. Pourquoi une telle attente ? Apparemment, un besoin…
  • 10000
    Véritable melting-pot d'influences musicales, ce premier album de l' écossais Damon Baxter débarque sans prévenir en 2002 avec en son sein une collection de titres complètement hétéroclite, ayant juste pour dénominateur commun l'électro. Musique de film, trip-hop, world, ambiant, rock, Deadly Avenger fait son marché, s'arrêtant sur les étals plus ou…
  • 10000
    Voici un collectif anglo-français dont vous allez certainement entendre parler. Non pas pour son talent seul, mais aussi et (peut-être) surtout par son instigateur : Marc Collin. Ceux à qui le nom ne dirait rien réviseront un peu ; compositeur, producteur et musicien, le monsieur est notamment coupable des (très bons) projets…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *