GRANDBROTHERS : Open

Se présentant comme une formation piano / expérimental, Grandbrothers s’inscrit dans un mouvement de regain d’intérêt pour le genre, mariant électronique et acoustique au sein d’un genre axé sur le feeling et la modernité. Le duo présente des caractéristiques assez particulières et originales en concert… que je laisserait les curieux découvrir, car elles ne transparaissent bien sûr pas du tout sur disque. Ou du moins, moins ostensiblement. Car le travail de Grandbrothers, c’est un mélange de jeu live et de sampling en direct. « Open » est le deuxième opus, et s’oriente (comme souvent) vers un style empreint de mélancolie et de délicatesse. Le travail sur les ambiances, sur la justesse des découpages, sur la progression mélodique est l’élément principal, comme pour un Jacaszek, un Hauschka ou un Tiersen, et le côté beaucoup plus électronique du groupe est un bon moyen de se démarquer. Ici on est moins neo-classique que les premiers, pas folkisant comme le deuxième ; pas tout à fait non plus dans le trip hop de cinéma d’un Craig Armstrong, mais cependant un peu tout ça à la fois. Bref, en l’écoutant, on a l’impression de déjà connaître « Open », d’être un peu à la maison. Et si le disque y perd un peu l’attrait de la découverte, on y est suffisamment à l’aise et en confiance pour se concentrer sur ses atouts et se laisser porter par sa beauté. Merci messieurs, belle bête !

Site officiel

Grandbrothers : Bloodflow

Related Posts

  • 10000
    Le disque précédent de Volker Bertelmann m’avait tout bonnement soufflé. Je m’étais laissé embarquer sans mal dans le mélange subtil et savant de néo-classique, d’ambiant et d’electronica développé par l’artiste allemand. Entièrement instrumentale mais pleine de relief, elle regorgeait autant de noirceur que d’espoir, de poésie que de désenchantement. Je…
  • 10000
    T'écoutes quoi là ? Ah, de la musique d'allemand ? Super... Il joue quoi ? Avec un piano préparé ? Mais c'est de la musique contemporaine alors non ? Des trucs super chiants et qui donnent mal au crâne, j'ai pigé... Comment ça c'est bien ? Eh mais, t'as raison…
  • 10000
    Je vous ai déjà présenté le travail de Michal Jacaszek dans ces pages. L’homme évolue d’habitude dans un style qui lui est très personnel, une rencontre entre post rock, neo classique et electro ambiant, tout en finesse et en retenue, d’une beauté et d’une classe folles. Ce « Kwiaty », dixième opus…
  • 10000
    Artiste rare, discret et pourtant assez prolixe, Michal Jacaszek avance à pas feutrés, avec l'obsession de mélanger ambiant, electronica et musique classique. D'autres l'ont déjà fait et le font encore, mais Jacaszek n'en a cure ; pointilleux et persévérant, il persiste et signe. Et signe d'ailleurs avec le label Ghostly International…
  • 10000
    Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd'hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *