GILL LANDRY : Love rides a dark horse

Il y a quelques jours, je vous présentais le nouveau disque d’Adrian Crowley. Eh bien, s’ils ne se connaissent probablement pas, Gill Landry et lui pourraient tout de même être collègues de boulot tant il semblent partager une certaine sensibilité. Attention, je n’ai pas dit « copie conforme » pour autant. Gil Landry, c’est le cowboy de l’étape, biberonné à Johnny Cash et à la country du côté sombre. C’est « Denver girls », superbe premier titre, qui nous rencarde. Ce troisième album (en dix ans d’existence médiatique, le gars se la joue cool) ne respire pas la joie de vivre. « Bird in a cage » ne donne pas l’impression de vouloir s’échapper. « Berlin », road-trip à deux voix, poursuit le travail de sape avec plus de rythme, et on est heureux d’être à bord. « Broken hearts and things we’ll never know » est assez explicite pour que je m’abstienne d’un quelconque commentaire. Il faut vous dire aussi que « Love rides a dark horse » est un album de rupture (subie), et que son auteur est familier d’Old Crow Medecine Show, formation bien connue pour sa country / americana outre-atlantique, pour laquelle il joue du banjo à l’occasion. La couleur noir charbon de l’ensemble est contrebalancée par l’ambiance laid-back ; on est finalement largement plus dans la country neurasthénique à la Ben Weaver que dans la gothicana de l’autre mister Crowley, mais on est en tout cas ravis de cette rencontre fortuite. Comme quoi, le malheur des uns…

Site officiel

Gill Landry : Denver girls

Gill Landry : Berlin

Related Posts

  • 10000
    Je ne m’étais pas encore intéressé au cas de ces français. Tout au plus avais-je lu quelque chose sur son nom intrigant, m’éclairant sur l’incongruité de ce nombre impair (en fait, une référence à une série de photos d’un photographe ricain). Mais aujourd’hui, ce nom qui me rappelle vaguement quelque…
  • 10000
    La loose. « I own you » est rien de moins que le cinquième album de Mick Flannery. Je n'ai même pas la queue d'une piste sur le bonhomme et son parcours. Et en écoutant la chanson-titre qui déboule dès le lancement de la galette, je suis direct sur une mauvaise piste :…
  • 10000
    Avec ce nom qui ferait fantasmer nos (hum) grands comiques nationaux tant il est promesse de jeux de mots truculents, The Pines pourrait être perçu comme un groupe comme un groupe de petits rigolos, ou juste un groupe à éviter. Ce serait dommage, car ces américains ont développé depuis leurs…
  • 10000
    Matt Bauer, c'est un nom qui me parle un peu. Bon, je ne vais pas non plus vous bourrer le mou, je ne suis pas spécialiste de son œuvre, mais je sais qu'il est assez grand, chauve, barbu, et qu'il peut être classé dans la catégorie folk. Tout ça, je…
  • 10000
    Peu de chances que vous ayez déjà entendu parler de Palodine, obscur groupe américain proposant une musique au croisement du blues rock, de l'americana et de la folk. Pourtant, si vous avez dans votre discothèque personnelle un disque de fin de carrière de Sixteen Horsepower, ou mieux, de Woven Hand,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *