GARBAGE : Not Your Kind Of People

garbage not your kind

Garbage est pour moi un groupe représentatif des 90’s. Un groupe que je n’ai d’ailleurs plus écouté depuis cette période où je sortais de l’adolescence pour entrer dans un âge adulte mi fantasmé mi redouté. Si le premier album du groupe m’avait paru excellent à l’époque, je ne peux m’empêcher de lui trouver un sale goût à la réécoute, comme s’il avait dépassé la date de péremption. Pas si étonnant que ça de la part d’un groupe de producteurs que de composer de la musique dans l’air du temps. Mais voilà, essayer d’évoluer en conservant son identité et ses acquis, ce n’est pas facile. Et c’est là l’écueil que n’a pas su éviter Garbage dans le passé. Aujourd’hui, sept ans (de réflexion ?) après son précédent disque, le quatuor reprend le chemin des studios pour un cinquième album qu’on espérait plus. Qu’on attendait pas vraiment, d’ailleurs, pour tout dire. Enfin, bref, le voilà, ce « Not Your Kind Of People », à l’artwork d’une sobriété virginale, prêt à jouer le tout pour le tout pour revenir sur le devant de la scène. Dès l’ouverture des hostilités, on retrouve le rock alternatif tel qu’on le connaissait il y a une quinzaine d’années, quelques petits éléments électro et quelques gimmicks en plus. Les anciens fans s’y retrouveront sans mal. Un peu trop même : rien ne semble avoir changé depuis la grande époque du groupe. Ce qui aboutit immanquablement à un résultat qu’on peut objectivement qualifier de ringard. Garbage est sorti du formol pour nous ressortir la même formule qu’avant ; le souci, c’est que le public, lui, a évolué, et ne le suivra peut-être plus sur ce chemin… 

Paroles de l’album

Site officiel

Garbage : Big bright world

Garbage : Blood for poppies

Related Posts

  • 77
    Enslaved, on le constate depuis quelques années, a choisi le voyage comme ligne de conduite. Plutôt que de se choisir un genre musical personnel et de s'y arrêter, il a choisi d'évoluer par strate, redonnant sa vraie signification au qualificatif « progressif ». Car oui, Enslaved produit de la musique progressive. Pas…
    Tags: de, un, plus, groupe, à
  • 77
    Qu'on se le dise, Enslaved est plus aujourd'hui à considérer comme un groupe de progressif qui fait du metal que le contraire ! Les fans de la première heure sont prévenus ! De toute façon, ceux-ci sont déjà partis depuis longtemps, s'ils n'ont pas su grandir et évoluer au rythme…
    Tags: de, plus, un, à, groupe
  • 76
    On le sait, pour un groupe, chaque album est meilleur que le précédent, c'est une loi sacrée, une vérité absolue, qui va au-delà de toute subjectivité ou évidence. Pour faire passer le message, l'artiste a, tout comme le journaliste (ou assimilé) tout un panel de mots et d'expressions à sa…
    Tags: de, un, à, plus, groupe, ne
  • 74
    Lacrimosa, entité bicéphale allemande, continue année après année; album après album de jouir du même succès auprès de son public, et même à en acquérir un nouveau par le bouche à oreille ou les critiques (très) favorables. Pourquoi ? Est-ce dû à l'aveuglement de ses fans, prêts à tout accepter…
    Tags: de, à, un, plus, ne
  • 74
    Ok, j'avais entendu dire que ce nouveau Blonde Redhead serait différent, mais là, je suis servi. Moi qui avais découvert le groupe sur le tard mais m'était replongé avec bonheur dans sa discographie, passant de la période bruitiste à celle plus raffinée des derniers albums, j'avais toujours trouvé des éléments…
    Tags: de, groupe, plus, un, à, ne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *