GALACTIC COWBOYS : Long way back to the moon

Cette année, on a eu le droit à pas mal de come-backs improbables. Et parmi eux, celui de Galactic Cowboys, sur qui je n’aurais pas misé un kopeck. Il faut dire que le groupe a toujours été un peu abonné à la poisse, et ce malgré une habileté certaine dans leur style très particulier mêlant une sorte de thrash progressif à des mélodies vocales très pop à plusieurs voix héritées des Beatles. Un style qui les a vus rencontrer un certain succès public (enfin, dans le domaine du metal du moins) à travers leur troisième essai sorti en 1996, « Machine fish ». 1996 ? Eh oui, parce que le groupe s’est formé en 1989, et a fini par se désagréger faute d’attention en 2000. Alors pourquoi ce retour aujourd’hui ? Qui leur a mis le pied à l’étrier ? Eh bien, c’est un peu une régénération spontanée à laquelle nous assistons. Et que les fans se rassurent ; rien (ou presque) n’a bougé ici. Dès « In the clouds », on retrouve ce metal soft (peut-être même encore plus) porté par les harmonies de voix foisonnant. Classique mais efficace. « Internal masquerade » se montre un peu plus pêchue, mais convainc moins dans l’ensemble. « Blood in my eyes » et ses faux airs de crossover amène un peu de fraîcheur. « Next joke », en revanche, me semble trop faiblard et grossier pour être considéré autrement que comme un titre de transition. « Zombies » sonne plus moderne mais pas très original. « Drama » a lui la trempe d’un single. « Amisarewas » est la power-ballad de l’étape, parfaitement calibrée et réalisée. « Hate me » est clairement la plus thrashy, au point que les mélodies vocales y sonnent même déplacées. « Losing ourselves » est un autre titre très classique et convainquant, suivi de près par « Agenda ». Enfin, le morceau-titre clôt la session en évoquant les moments les plus grungy de « Machine fish ». Et pour les plus chanceux, il y a deux titres bonus ! Bon, ok, « Believing the hype » et « Say goodbye to utopia » n’apportent pas grand-chose au disque, et on comprend assez vite leur position d’outsider. Mais ça reste quand même une délicate attention, non ? Bilan ? Un disque globalement bon, retour aux sources réussi d’un groupe qu’on pensait perdu à jamais et qui prouve qu’il a encore des choses à dire. A suivre donc !

Site officiel

Galactic Cowboys : Internal masquerade

Related Posts

  • 10000
    Raunchy...Le nom me dit vaguement quelque chose. Ah oui, j'ai dû croiser l'une de leurs oeuvres dans quelques bacs à soldes. Comment vous dites ? « Velvet Noise », oui, c'est ça. Leur premier album. Mouais. A priori, pas un souvenir bien rassurant avant l'écoute de ce « Death Pop Romance », nouvel (et…
  • 10000
    J’avoue ne pas trop avoir laissé sa chance à « The congregation », précédent album des norvégiens. Après un « Bilateral » et un « Coal » merveilleux, je ne voulais pas ouvrir les yeux et découvrir un groupe capable de me décevoir. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre avec « Malina », mais l’envie est…
  • 10000
    Il faut que je vous dise. Je ne suis pas très funky, comme garçon. J'ai grandi pendant la grande époque du genre, et ça me saoulait déjà à l'époque. Mais voilà. En vieillissant, il semblerait que, quand je n'écoute pas de post black malsain, je m'adoucisse. J'ai des preuves, et…
  • 10000
    Quelques années après sa mort, on en finit plus de chercher les héritiers de Zappa. Quelques mois après leur reformation, on guette les traînées de génie de Faith No More, celles-là même qui génèrent de jeunes pousses prometteuses. Voici aujourd'hui que ces recherchent se croisent et convergent là, sous nos…
  • 10000
    On compare souvent les suédois de Soen à Tool, et ce n'est pas sans raison. Les deux formations partagent le même goût pour les structures à tiroir, la fusion metal / prog et le chant expressif. Bon, ne nous voilons pas la face, la bande à Maynard James Keenan fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *