FRUSTRATION : So cold streams

Je ne suis pas un fervent défenseur du post punk, mais sa froideur et son urgence peuvent, à l’occasion, me charmer. Et ça a été le cas en 2013 avec le « Uncivilised » de Frustration, dont le « It’s gonna be the same » a laissé une trace indélébile en moi. Depuis, je porte une attention soutenue à ce que le groupe laisse échapper. « So cold streams » fait, trois ans après « Empires of shame », évoluer le son du combo vers quelque chose d’encore plus tendu et froid. « Insane », qui ouvre l’album est assez parlant, répétitif et limite rock indus. Drôle de choix pour une introduction d’ailleurs. « pulse » nous replonge dans une ambiance beaucoup plus proche de ce qu’on connaît du groupe, enlevé et rageur. Jason Williamson vient traîner son accent cockney sur une « Slave markets » très réussie aux ambiances changeantes. L’expéditive « When does a banknote start to burn ? » est classique et efficace. La doomy « Brume » au chant en français fait partie des morceaux marquants de cet album, amenant le malaise sous les projecteurs. « Some friends » calme un peu le jeu ; plus rampante et cold wave, elle fonctionne toutefois très bien. Je suis beaucoup plus partagé sur « Lil white sister », trop monocorde pour moi. Heureusement, « Pepper stray » se charge de ramener la fièvre. Enfin, « Le grand soir » me laisse sur ma faim, maintenant la tension sans jamais la faire exploser. Vous l’aurez compris, « So cold streams » ne fait pas forcément dans la facilité, et montre le visage d’une formation qui s’efforce encore de surprendre et d’évoluer. Ce n’est pas toujours auréolé de succès, mais c’est le jeu, et certainement d’autres que moi en auront une lecture différente et plus conciliante. Je ne suis pas pour autant déçu, et Frustration reste à mes yeux un acteur majeur du genre, avec ce petit supplément d’âme qui le rend unique et indispensable.

Facebook

Related Posts

  • 10000
    En 2013, « Uncivilized » m'a mis une sacrée margnouf' à travers em'guife, comme on dit par chez moi. D'autant plus que je ne l'ai pas du tout vu venir ; je confesse être assez bête pour ne pas me méfier de la scène française, et ne pas prêter attention…
  • 10000
    Vox Low, même si tout le monde s’en fout, est né sur les cendres de formations françaises diverses, dont Think Twice, ancien poulain de l’écurie F Com dont les membres se sont depuis rangés des voitures, avant de se raviser et de remettre le couvert avec ce nouveau projet qui…
  • 10000
    Si vous pensiez que le post punk était l’affaire de quelques poseurs, pillant le cadavre de Joy Division en distillant ça et là quelques riffs bien sentis et des textes convenus sur le mal-être, ravalez votre venin. Car voici The Murder Capital, et les dublinois ramènent ici autant de fièvre…
  • 10000
    Fondé en 2007 par des ex Disappears (ou actuels, je pige pas tout), Facs est un jeune combo qui utilise le post punk comme un bac à sable. Comprenez que si c’est bien sa matière première, il lui fait subir des choses qui en altèrent fortement la saveur et la…
  • 10000
    On va commencer par expliquer ce qui se cache derrière ce curieux nom de groupe. 485C c’est le code pantone de la teinte rouge qui apparaît sur la pochette de ce premier album des anglais, sorti après de multiples cartes de visite sous la forme de singles « Hoppy », « Strange medecine »,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *