EXOCRINE : Maelstrom

Le précédent album des bordelais d’Exocrine m’avait à la fois impressionné par sa propension à bâtir un style hyper technique mais ne faisant pas fi de la mélodie, et un poil gonflé aussi par, justement, une avalanche de plans techniques et de riffs qui, finalement, n’amenaient pas grand-chose à l’ensemble. Après deux ou trois écoutes attentives de cette nouvelle offrande, pour laquelle le groupe s’est adjoint les services d’un nouveau batteur (qui fait tout aussi bien son boulot que l’ancien, ce qui ne doit pas être de tout repos) et de quelques invités triés sur le volet, force est de constater… que la tendance à la complexification s’est intensifiée. Bien sûr, il y a encore pas mal de parties mélodiques. Oui encore, le groupe a accentué les aspects purement progressifs et expérimentaux de son répertoire, et c’est tout à leur honneur. Mais souvent au détriment de la musicalité. Bien sûr, il n’y a pas que du mauvais, ici, loin de là. Un titre comme « Abyssal flesh », par exemple, est beaucoup plus proche de ce que j’attendais du groupe ici. Et sur chaque titre, il y a forcément quelques plans qui font mouche. Mais moi, je suis venu écouter un disque, des titres. Pas un patchwork. En fait, « Maelstrom » me fait penser au « Amenaza el mundo » de Fantômas : une collection de vignettes, plus ou moins réussies, mais sans réelle cohérence musicale, et qui amuse plus qu’elle ne passionne. Ou alors, ce qui est tout à fait plausible, je ne suis pas assez armé pour comprendre, pour percevoir « Maelstrom » comme un tout qui prendrait subitement sens. Ah oui, je sais, on va me dire « si c’est trop fort, c’est que t’es trop vieux ». Objectivement, j’ai écouté des tonnes de choses plus agressives que ça, mais ici, je m’ennuie, parce que sans vraiment d’accroche, je trouve les titres trop longs. Et autant « Molten giant » avait finalement fait pencher la balance à son avantage, autant ici, j’ai beau essayer, ça ne passe pas. Et bien tant pis pour moi, et tant mieux pour vous si vous n’êtes pas dans le même cas !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Non, le techno death n’est pas l’apanage des américains ou des allemands ; en France aussi, on sait se triturer le bulbe et malmener sa guitare à une vitesse supersonique pour produire des titres brutaux et complexes. La preuve encore avec ce troisième album des bordelais d’Exocrine. Désormais signés chez Unique…
  • 10000
    Ce n'est pas ma première rencontre avec Cattle Decapitation. Donc je sais déjà que ces mecs sont géniaux, et qu'en lançant l'écoute d'un de leurs albums, il faut que je m'attende à tout sauf à ce que je pensais y trouver. Enfin, dans une certaine mesure. Je sais que je…
  • 10000
    Ok, ça fait un moment que le nom de Sulphur Aeon est sur ma liste des choses à écouter. Mais tellement de choses sortent, et encore plus en territoire death progressif, que je n’en ai pas eu le loisir. Alors ce nouvel opus est une occasion à ne pas louper.…
  • 10000
    Quand on a fait un carton avec ses premières sorties, et qu’on a ses billes dans le milieu depuis un moment, on sait que le troisième album est une étape cruciale du développement d’un groupe. Une étape qui cimente ou fait voler en éclat sa relation avec les fans. Beyond…
  • 10000
    Honte sur moi, je suis totalement passé à côté du premier album d'Obscura, pourtant (apparemment) un chef d'œuvre de death progressif, encensé par la presse internationale. Il faut dire qu'en terme de metal extrême, ce n'est pas vers l'Allemagne que se tourne le plus souvent mon regard. Bref, trêve de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *