EXHUMED : Death revenge

Et de six pour les gore-addicts d’Exhumed. Oui, mais cette fois, je ne vais pas pouvoir me contenter de vous affirmer que ce disque suit les précédents à la trace et qu’ils sont interchangeables bien que tous très bons. Enfin, pas exactement. Certes, le death metal rétro du combo est tout à fait identifiable. Ce qui change ici, c’est la volonté de raconter une histoire. Horrible certes, assez classique dans sa forme également, mais une histoire. Et ça, c’est une révolution pour Exhumed. Bref, nous avons affaire à un concept-album, comme en attestent les très bons interludes, intro et outro, auxquels les ricains ne nous ont pas vraiment habitués, et qui ponctuent le disque de belle manière. On remarquera aussi un son plus granuleux, moins sec que par le passé, et quelques côté plus grind qui lui vont assez bien au teint. Au final, ce nouvel opus s’avère, et ce même s’il est un peu moins chargé en riffs évidents que ses grands frères, une vraie bonne surprise. Et de la part d’une formation qui jusqu’ici se contentait d’aligner les bons disques sans grande imagination, c’est un pas de géant !

Site officiel

Paroles de l’album

Exhumed : Night work

Exhumed : Lifeless

Related Posts

  • 10000
    Sixième album pour les affreux d'Exhumed. La donne n'a pas changé depuis la création du combo californien en 1990 : on se situe toujours dans le pré carré délimité par des formations comme Carcass et... oh et puis à quoi bon ? Certes, les influences death old school sont ici…
  • 10000
    Des chutes de studio du « Heartwork » de Carcass ? Ah non, c’est Exhumed, autre groupe US à œuvrer dans le heavy death qui tâche et lacère ! Certes un peu moins esthète et doué que son grand frère, mais on s’y croirait presque. La voix, l’accordage, les structures…
  • 10000
    Ok. "Heartwork" a clairement été une révélation pour moi, et reste l'un de mes albums de death metal préférés. Alors quand la possibilité m'est offerte de chroniquer l'album de la resurrection, je flippe. N'étant pas d'un naturel très optimiste, je crains toujours dans le cas des come-back la fausse bonne…
  • 10000
    En suède, le black a Marduk, le grind a Nasum. On ressort d’un album comme « Helvete » fourbu mais ravi. La plupart du temps plus axé brutal death que franchement grind, (oui, je sais, la différence est subtile…), les 22 titres du disque ne souffrent pas de « l’effet…
  • 10000
    En 2014, avec « Conjuring the dead », Belphegor avait placé la barre très haut. Ce onzième album n’a donc tout simplement pas le droit de décevoir les fans des autrichiens. Comme c’était très prévisible, le style du combo s’enfonce encore plus dans les méandres du death metal ; un son toujours plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *