ETHERWOOD : In stillness

Mais où est passée la drum n’ bass ? Genre émergeant dans les nineties, cette nouvelle sensation electro s’est effacée au profit d’autres mutations du rythme digital. Mais elle n’a pas totalement disparu, la finaude, elle s’est juste pelotonnée au coin du feu, en attendant que quelqu’un passe par là et puisse lui faire une place. Chez Etherwood (soit Edward Allen), elle se greffe à une electro-pop / trip-hop très mélodique et aux structures finalement très pop. Un genre ouvert et assez accessible, aux tendances mélancoliques et cool, certes un peu daté mais pas ringard, qui se reflète parfaitement autant dans le nom du projet que dans celui de ce troisième album du britannique. Chantés ou pas, les 15 titres de ce « In stillness » (pas avare en musique donc, puisqu’il dépasse l’heure) prennent le temps de s’installer, et d’installer un climat propice au délassement, mais s’avèrent assez rythmés pour éviter la lassitude ou la somnolence. Un titre comme « Frozen glass », sous une structure et une mélodie très classique, a tout pour bercer et séduire le visiteur ouvert au beau et au simple. Ah ben oui, Etherwood n’utilise pas la DNB comme un outil d’exploration ou d’expérimentation, mais plutôt comme un moyen d’habiller des titres raffinés avec bon goût. Rien ici n’est grossier ou pompier. Tout coule de source, et cette relative évidence est bien ce qu’on pourrait reprocher à « In stillness » en particulier et Etherwood en général. Seulement voilà, Edward se fait plaisir et nous fait plaisir en « se contentant » de jouer les équilibristes entre ciel et terre, alors on plonge !

Site officiel

Paroles de l’album

Etherwood : Climbing

Related Posts

  • 10000
    SBTRKT (prononcez "Subtrakt"), c'est un dj anglais, nouvelle coqueluche du dubstep. Le dubstep, très à la mode, est une sorte de croisement entre le garage, l'electro, la drum n' bass et le trip hop. Un genre aux contours flous, caractérisés par l'importance de l'énergie des basses, des rythmes, mais qui…
  • 10000
    « Drum therapy », en 2012, avait marqué quelques esprits, dont le mien, avec son trip-hop nébuleux teinté de world music, respectant les codes du genre tout en allant chercher plus loin pour nourrir le genre. Quatre ans plus tard, le canadien remet le couvert. Pourquoi une telle attente ? Apparemment, un besoin…
  • 10000
    Moby, passé aux yeux de l'opinion publique du stade de petit punk apprenti bidouilleur à celui d'icône d'un genre en mal de héros, j'ai nommé la musique électronique, et ce sur la foi d'un seul album (« Play »), a toujours eu un penchant pour l'installation sonore d'ambiances. Et s'il…
  • 10000
    Le trip hop français n'est pas mort, et le dj Cyril Capra alias Kognitif le prouve depuis 2012 et la sortie de son très bon premier album "My space world". Ce deuxième opus doit logiquement venir enfoncer le clou. Si le premier titre assez lumineux et funk-soul laisse perplexe votre…
  • 10000
    Berlin a toujours été une ville « porteuse » pour la musique électronique. Mais à l’écoute de ce premier album de ce duo mixte, on l’aurait plutôt situé près de la tamise que du palais du Reichstag. En effet, « One step » développe un trip-hop brumeux, soyeux et mélancolique. La voix douce et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *