EPHEL DUATH : Pain Necessary To Know

ephel duath pain

Tous les fans de metal extrême qui ne connaîtraient pas encore les italiens d’Ephel Duath devraient rougir de honte après l’écoute de ce nouvel opus. Pas beaucoup plus que pour le précédent, me diront les initiés, mais plus le temps passe, et plus leur faute s’alourdit. Un petit point d’histoire donc : Ephel Duath est formé par un individu, Gabriele Ravaglia, qui a décidé de faire du black metal son cheval de bataille. Oui, mais voilà, le monsieur trouve déjà le genre étriqué, et s’aventure dès lors de plus en plus vers d’autres genres. Ainsi, les deux premiers albums, « Phormula » et « Rephormula », tout en étant fortement gorgés de black, ont déjà un parfum d’exotisme qui leur donnent un charme particulier. Pour l’album suivant, le phénoménal « The Painter’s Palette », le maître des lieux décide de s’entourer de musiciens de jazz, plus à mêmes de comprendre et de jouer les titres d’une richesse mélodique et d’une complexité extrêmes qu’il a composé. Rebelote pour cet album peut-être même un peu plus progressif que son prédécesseur. On y navigue donc à vue entre post hardcore, rock indé, jazz rock, metal fusion, un peu à la manière d’un Mr Bungle qui aurait bouffé du lion et abandonné tout humour. Car si toute trace de black a disparu, il faut se rendre à l’évidence, Ephel Duath, c’est pas Jo le rigolo. Entre ultra-violence et ambiances malsaines, pesantes ou menaçantes, l’auditeur sera ballotté sans ménagement, et les neufs titres ici présents ne lui laisseront le loisir ni de sourire ni de souffler. « Pain Necessary To Know » est une épreuve, un album dangereux, déconseillé aux petites natures et aux simplets, un manifeste de la créativité sans limites de son géniteur, qui frôle souvent la folie furieuse. Mais comme il est bon de se faire mal et peur à la fois parfois ! 

Site officiel

Related Posts

  • 93
    A vrai dire, je ne pensais pas pouvoir jouir de nouveau du black metal occulte de ces grecs, sans nouvelles d’eux depuis 11 ans ( !) et leur album « The Mystic Path To The Neverworld », pas révolutionnaire, moins bien foutu que ceux de ses voisins de Necromantia, mais assez sympathique quand…
    Tags: de, un, à, d, plus
  • 90
    Après le New York hardcore, Full Blown Chaos nous fait le coup du New York metalcore. Brutale et sans compromis, la musique de ce premier album s'adresse directement aux plus durs d'entre vous. Car malgré une pointe de mélodie par-ci par-là, les treize titres de ce premier opus sentent la…
    Tags: de, à, un, plus
  • 86
    Puressence est une formation anglaise qui pratique une pop indé assez mélancolique et poignante, avec la particularité de comporter un chanteur à la voix très androgyne (pour tout dire, j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une chanteuse). Et l'air de rien, c'est un groupe qui vient d'atteindre ses 19 ans de…
    Tags: de, un, plus, à
  • 85
    J'étais de ceux que « In Rainbows » a déçu. Trop propret, trop facile, comme si une certaine convenance musicale de la part du groupe devait contrebalancer l'audace commerciale, le doigt d'honneur tendu nonchalamment aux majors et à leur modèle économique en fin de vie. Ok, c'est bien beau les idées, mais…
    Tags: de, plus, un
  • 84
    Un nouvel album de Richard D. James est déjà un séisme en soi, qu'en sera-t-il alors avec cette double galette ? Le voisin de label et de sampler d'Autechre, certes moins déjanté et plus musical stricto sensu, se rapproche de plus en plus de la porte à côté, et est…
    Tags: de, plus, un, à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *