EMPEROR : Prometheus – The Discipline Of Fire And Demise

emperor prometheus

Difficile d’appréhender un tel objet, surtout lorsqu’on sait que c’est le chant du cygne, la dernière apparition studio de la légende du black metal Emperor… Certes, on pourrait se consoler en se disant que le groupe se résumait de plus en plus (et complètement sur cet opus) au potentiel créatif d’Ihsahn qui trouvera bien d’autres moyens de l’exprimer. Au travers de Peccatum, son projet neoblack, ou encore de Thou Shalt Suffer, son projet dark ambiant… Et puis il reste Zyklon, le très intéressant projet de Samoth et Trym… Enfin, ne nous égarons pas et revenons à la galette. Je ne vous cacherais pas que j’ai été fort déçu par « 9 Equilibrium », le prédécesseur de « Prometheus », trop technique et heavy à mon goût (la passion pour King Diamond dans les voix était un peu trop marquée…). Autant dire que j’attendais celui-ci au tournant, prêt à bondir. Soyons clairs : Emperor est ici aussi technique (j’ose à peine imaginer le temps de mise en place d’un morceau, tant chaque titre est riche de thèmes et de cassures rythmiques), « Prometheus » n’est pas un album immédiat, il faudra au moins trois écoutes pour l’apprivoiser (mis à part « In The Wordless Chamber » et son gimmick entêtant), et il décevra certainement quelques fans qui auraient souhaité un retour aux sources comme cadeau de départ. Mais Emperor a toujours été une entité qui allait de l’avant, et se devait de préserver cette distance qui le sépare de la masse afin de conserver tout son prestige. A nous d’apprendre à adorer cette œuvre violente (des influences death plus présentes) et savante (orchestrations et arrangements ultra-travaillés), et au final d’y reconnaître une passionnante et fascinante révérence pour un groupe hors du commun.

Paroles de l’album

Site officiel

Emperor : Empty

Related Posts

  • 87
    Les Marseillais de Dagoba sont sur une pente ascendante depuis un bon petit paquet d'années, et font tout pour rester sur le devant de la scène, s'imposant un rythme de croisière, une qualité compositive et une puissance rares. Bon, certes, la recette bouge peu ou pas du tout (ici, un…
    Tags: de, un, à
  • 84
    Avant tout, je me permettrais de placer un mot sur le film de Del Toro, n'ayant plus je le pense à convaincre que ceux qui ne l'ont pas visionné. D'une beauté sauvage, d'une poésie simple et touchante, empreinte de noirceur, parfois crue, dure et tragique, « Le Labyrinthe de Pan…
    Tags: de, un, à
  • 84
    Lorsque des ex (ou pas) Therion, Soilwork et Chimaira se rencontrent, s'apprécient et décident de monter un groupe ensemble, font-ils du heavy thrashcore opera ? Non. Ils s'orientent vers un style beaucoup plus violent que celui de leur formation d'origine, entre thrash, black et death, le tout saupoudré de mélodies…
    Tags: de, un, se, à
  • 82
    Cette année, la sortie de l'adaptation cinématographique attendue et redoutée du chef d'oeuvre de Tolkien coïncide avec celle du sixième album du duo autrichien Summoning. Coïncide ? La question reste en suspens. En effet, soucieux de se démarquer de la masse et guidés par une véritable passion, Silenius et Protector…
    Tags: de, à, un, se
  • 81
    Ah, Kruger, combien d'obstacles avons-nous dû éviter pour nous retrouver ensemble aujourd'hui ? Combien de fois les sirènes du destin ont-elles essayé de nous détourner l'un de l'autre, mon Roméo suisse ? De quelle façon des muses diaboliques et de jeunes gredins ont-ils dérobé à mes douces esgourdes les douces…
    Tags: de, se, un

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *