EKOVA : Heaven’s dust

ekova heaven

Groupe apatride basé en France, formé d’une américaine, d’un iranien et d’un algérien, Ekova produit une world music ouverte et créative, brassant les sons et les cultures. Un mélange susceptible de plaire à un large public qui sort un peu le genre du pré fermé des connaisseurs. Le groupe fera d’ailleurs les premières parties de Cure lors d’une tournée française. Musique électronique et world music au sens large se télescopent donc pour donner naissance à un genre nouveau et indéfinissable, à un univers riche et onirique. Ce premier album déjà bien maîtrisé est une curiosité à découvrir.

Related Posts

  • 10000
    Recevoir des disques, susciter suffisemment de confiance ou de sympathie pour qu'on lui fasse ce cadeau, c'est un peu le saint graal pour un chroniqueur musical. Enfin, au moins pour moi, je ne sais pas ce qu'en penseront les autres. Mais il y a encore mieux que ça ; c'est…
  • 10000
    Formation française multi-culturelle, Orange Blossom est unique aussi bien dans le paysage français que mondial. Mêlant musique électronique, musique orientale, cuivres et cordes, « Everything must change » marque une étape dans l'hybridation musicale des cultures et des genres, créant un nouveau langage, faisant éclater préjugés et frontières pour mieux s'assumer citoyen…
  • 10000
    Oi Va Voi est un collectif Londonien de religion juive pratiquant une musique apatride, entre traditions world diverses (juive, tzigane, orientale, que sais-je encore!), trip hop feutré, pop ouverte et musique électronique au sens large. Et qui le fait avec un talent certain. Dès le premier titre, on est littéralement…
  • 10000
    J'aime les bons disques, c'est sûr. Mais j'aime aussi les disques originaux, ceux qui bousculent les habitudes, qui amènent leur genre de prédilection à un autre niveau. Et ce soir, je suis servi. J'avais déjà croisé le nom de Dengue Fever, entrevu son potentiel exotique. Mais y être confronté, c'est…
  • 10000
    Première récréation pour un membre de System Of A Down, Serart (pour Serj et Arto, duo à l’œuvre ici) laissera probablement plus d’un fan perplexe, voir carrément sur le carreau. Non que le projet soit d’une qualité artistique médiocre, mais il navigue loin, très loin des horizons habituels des agités…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *