EERA : Reflection of youth

Oui, l’artwork de ce premier album d’Anna Lena Bruland alias Eera abonde de choix esthétiques discutables. En soi, ça n’est pas très engageant. Mais si vous décidez à passer outre, vous ouvrez la porte à un univers d’une richesse assez incroyable. « Living » a beau débuter comme une ritournelle pop lo-fi indie, elle montre vite une nature changeante, une épaisseur inattendue, et une drôle de douceur ampoulée. Et au fur et à mesure de l’avancée du disque, on se rend compte que c’est ce qui semble être la marque de fabrique d’Eera, qui aurait tout aussi bien s’appeler Eerie. Sous des dehors très indie pop, elle parsème ses titres d’effets, de mélodies et d’ambiances véritablement inédites et envoutantes. Des dix titres de ce premier album, impossible de dire lequel est le meilleur, le plus réussi. En sortant, on garde en mémoire une certaine forme de mélancolie, de la douceur, une amertume tenace… et l’impression que ce disque tient de la sorcellerie tant il s’avère fascinant et vénéneux à la fois. « Reflection of youth » est magique, mais plus chimère que licorne, et sa créatrice vient de gagner sa place parmi les plus belles découvertes de l’année pour moi, rien de moins. Comme quoi, ça valait vraiment le coup de mettre de côté ses préjugés et plonger tête la première !

Site officiel

Paroles de l’album

Eera : I wanna dance

Related Posts

  • 10000
    Depuis quelques années, Calc s’est effacé au profit d’une carrière solo pour Julien Pras. Mais quelle que soit l’identité que celui-ci décide d’arborer, on le reconnaît à sa voix légèrement nasillarde, blanche, à son penchant pour les titres mélancoliques, voir franchement déprimants, à son écriture indie pop toujours concise et…
  • 10000
    Jeune et fraîche (elle a tout juste 21 ans), Alexandra Savior a pourtant des goûts qui ne correspondent pas vraiment à son âge. Ce premier album se glisse discrètement entre indie pop et pop sixties de grand écran, et promène un spleen vaporeux sur 40 minutes de titres courts et…
  • 10000
    Vous n'avez jamais entendu parler de Serafyn, et c'est normal. Il s'agit en fait d'un tout jeune groupe suisse. Trois filles, deux garçons, un certain penchant pour les atmosphères paisiblement folk et les harmonies de voix, la mélancolie et les instruments classiques (deux violoncelles, une contrebasse). C'est donc du côté…
  • 10000
      J'aime les choses originales, voir même bien barrées. Si en plus elles débarquent de nulle part et me prennent complètement au débotté, tant mieux. Si vous avez un peu de jugeote, vous avez deviné que c'est clairement le cas ici. Cobalt Chapel, c'est l'alliance d'une actrice / chanteuse anglaise,…
  • 10000
    Derrière ce nom rigolo se cache un duo lillois qui définit sa musique comme du « rock augmenté ». Un nom bien énigmatique pour dire que « Singularity », sorti sur Atypeek Music (ben tiens) est un joyeux bordel. D'ailleurs, si on devait le définir finement, on serait bien embêtés. Rock fusion, c'est peut-être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *