EDITORS : In This Light And On This Evening

editors in this light

Cela a suffisamment été claironné, le Editors nouveau est différent. Peut-être lassé de la guéguerre qui l’oppose à Interpol, le groupe a décidé de se remettre en question, et de changer d’angle d’attaque, pour s’orienter vers une expression qui doit plus à l’électro-pop qu’au rock vénéneux. Pourtant, c’est par une ouverture franchement gothique (et très réussie) que le disque s’ouvre, comme pour clore un chapitre, pour marquer très lugubrement la fin d’une ère. La fin de ce titre, très abrupte, ne laisse pas le temps à l’auditeur de se demander si une telle expérience n’aurait pas du être tentée avant, et poursuivie sur tout un disque. « Bricks And Mortar » enchaîne et rompt un peu, en amenant un côté un peu plus enjoué avec l’utilisation d’un clavier assez typé eighties. Puis la voix de Tom Smith arrive et transforme, transcende tout. L’album déroule ses mélopées très dark wave sans que l’on soit choqués par la quasi absence de guitares. Editors avance, mue, et ceci sans perdre son identité et sa noirceur, nous voilà rassurés ! A une exception près (« Walk The Fleet Road », ballade sirupeuse et ennuyeuse), les neuf titres de ce nouvel album tiennent largement la comparaison avec ceux plus rock et de prime abord plus sombres de « An End Has A Start ».

Paroles de l’album

Site officiel

Editors : In this light and on this evening

Related Posts

  • 10000
    Cela a suffisamment été claironné, le Editors nouveau est différent. Peut-être lassé de la guéguerre qui l'oppose à Interpol, le groupe a décidé de se remettre en question, et de changer d'angle d'attaque, pour s'orienter vers une expression qui doit plus à l'électro-pop qu'au rock vénéneux. Pourtant, c'est par une…
  • 10000
    Marrant comme les albums des frères ennemis Interpol et Editors sortent pile à la même période ! Un peu comme si la part de marché réservée aux fans de Joy Division ne pouvait supporter la concurrence. Alors comment va-t-on les départager ceux-ci ? Comparer les timbres respectifs de Paul Banks…
  • 10000
    Après un premier album vraiment sympa mais qui les a classés directement dans la catégories "seconds couteaux de la scène revival Joy Division" juste derrière les cadors Editors et Interpol, White Lies a plutôt intérêt à assurer pour ce deuxième album. D'autant plus que le premier s'est classé n°1 en…
  • 10000
    Les derniers albums d'Interpol et Editors digérés, I Love You But I've Chosen Darkness endormi, She Wants Revenge en panne d'inspiration, il fallait quelqu'un pour consoler les fans de revival cold wave. Le trio anglais White Lies, toujours prêt à dépanner les copains, arrive donc à point nommé. Entre les…
  • 10000
    Le disque précédent des New Yorkais m'avait laissé sur ma faim. Trop contemplatif, pas assez franc, un peu trop plan-plan. J'en étais certes ressorti globalement satisfait, mais sans réel enthousiasme. Alors ce nouvel album éponyme ou presque (le titre est un anagramme) éveille en moi autant de craintes que d'espoirs.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *